Benoît Dorémus

Forum de Benoît Dorémus
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 2020 - Critiques, chroniques, etc...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Senninha
Crocodile Dundee
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1766
Age : 31
Localisation : Osny (à côté de Cergy) 95
Date d'inscription : 25/01/2008
Flipomètre : J'suis pas tout seul à être tout seul, je l'ai enfin compris...

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Mer 1 Sep 2010 - 18:26

Citation :
Malgré les accords simplistes de guitares et les jeux de mots commodes, la présentation décalée de la cause et la protection verte met bien en exergue la culpabilité imposée par les institutions officielles. Le clip de ce single vient accentuer l’ironie et l’humour de la chanson.

Si j'avais été journaliste, j'aurais peut être pu vous dire ça comme ça vu que c'est exactement ce que je pense de la chanson Wink

_________________
Celui qui offrait des crocos à Benito !
Revenir en haut Aller en bas
Flo
Flo de ce forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2656
Age : 28
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 08/02/2006
Flipomètre : "T'es où ? Parce que là j'te préviens, j'suis pas en train d'attendre un crétin"

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Jeu 2 Sep 2010 - 13:11

Il y a quelques fautes : "une âme dans un objet' et pas "une arme dans un objet" (bien vu chèvre) ; et puis la chanson "je sors avec une étudiante" n'a pas été co-écrite par Benoît et Renan mais écrite par Benoît seul. Renan est simplement intervenu dans la musique pour la co-signer avec Benoît.

"La collaboration entre les 2 artistes gomme le côté brut de Benoît Dorémus et donne à la chanson de la légèreté mais aussi la structure d’une narration qui est commune chez l’artisan Renan Luce. "
Je veux bien que Renan Luce est apporté de la légèreté mais le côté narration se trouvait déjà dans les albums précédants (17 ans, un arracheur de sac...). Le côté brut je ne vois pas d'où ça sort ! Si le côté brut est moins présent c'est sur tout l'album, pas que sur cette chanson.
Revenir en haut Aller en bas
marlouze
Jeune grenouille de Benito
avatar

Féminin
Nombre de messages : 115
Age : 31
Date d'inscription : 03/08/2010

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Jeu 23 Sep 2010 - 14:55

nouvel(le?) interview sur le site www.chartsinfrance.net : http://www.chartsinfrance.net/actualite/interview-49253.html ;-)

bonne lecture !

et carpe diem drunken
Revenir en haut Aller en bas
Senninha
Crocodile Dundee
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1766
Age : 31
Localisation : Osny (à côté de Cergy) 95
Date d'inscription : 25/01/2008
Flipomètre : J'suis pas tout seul à être tout seul, je l'ai enfin compris...

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Mar 5 Oct 2010 - 18:00

Meeerde, me suis trompé de topic...

Je remet donc ici :

32e minute de la tranche 7h15-8h15, reportage sur Didier Super et ptite citation de notre Benito nationale sur la matinale de Canal+ :
http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3353-c-la-matinale.html?progid=378965

Pour Lo, qui n'a plus de son, ca parle des "chanteurs nazes" tels Didier Super et Katerine, et la présentatrice cite "T'as d'jà "bouc émissaire" dans ton vocabulaire" de Benoit en citant son nom et la chanson, pour dire que les chanteurs nazes se mettent en position de bouc émissaire... (elle a pas tout compris je crois, d'ailleurs j'aime beaucoup ce que dit Didier sur son "interview" de 15s...). Avant de donner la date du Café de la Danse...

BENITO SUR CANAL ! WOUHOUUUUUU ! Laughing

_________________
Celui qui offrait des crocos à Benito !


Dernière édition par Senninha le Mar 5 Oct 2010 - 18:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lo.mel
Admin tyrannique de ce forum.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3207
Age : 30
Localisation : Where the Wild Things are.
Date d'inscription : 25/03/2006
Flipomètre : Il mano de la mia sorella nelle mutandine del Ponte de l'Alma

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Mar 5 Oct 2010 - 18:02

Ah ouais en effet elle a rien capté :s
Merci.

J'ai nettoyé l'autre topic où tu t'étais trompé (j'avais même pas remarqué OLOL²)

_________________
http://rueedison.blogspot.com/

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Senninha
Crocodile Dundee
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1766
Age : 31
Localisation : Osny (à côté de Cergy) 95
Date d'inscription : 25/01/2008
Flipomètre : J'suis pas tout seul à être tout seul, je l'ai enfin compris...

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Mar 5 Oct 2010 - 18:10

Regarde sur la tranche que j'ai edité si ca marche Wink

_________________
Celui qui offrait des crocos à Benito !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Mar 5 Oct 2010 - 19:53

katerine un naze? et c'est canal qui dit ca...
Revenir en haut Aller en bas
p'tite bretonne
Dorémusien confirmé


Féminin
Nombre de messages : 265
Age : 31
Localisation : Paris!!
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Sam 16 Oct 2010 - 21:02

Une interview accompagnée de 3 live.

http://www.allomusic.com/#/actualite/interview--benoit-doremus


Et juste le passage spécial dédicace à Noémie :
"Si tu étais un personnage de l'enfance ? Une chanson d'Henri Dès"
Revenir en haut Aller en bas
No&mie
ContienG dans leu coffre.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2165
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/12/2007

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Sam 16 Oct 2010 - 22:01

Oh il est bien ce petit. J'aime.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/noemieracle
mel
Dorémusien confirmé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 283
Age : 31
Localisation : clermont ferrand
Date d'inscription : 04/11/2009

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Dim 17 Oct 2010 - 20:52

ohhhhhhhhhhhh merci pour ce petit lien, ça fait du bien !
Revenir en haut Aller en bas
Alexel Fanfan
Petit fan indigne
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2
Age : 49
Date d'inscription : 21/12/2007

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Dim 17 Oct 2010 - 23:10

Merci p'tite bretonne, je complète de jour en jour ma culture dorémusienne !
Petit coucou à Greenpuce...et bises aux autres!
Revenir en haut Aller en bas
Alexel Fanfan
Petit fan indigne
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2
Age : 49
Date d'inscription : 21/12/2007

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Dim 17 Oct 2010 - 23:29

Je viens de voir quelques copines renaudiennes, que je salue aussi: Korrigan, Mélusine...
Revenir en haut Aller en bas
much
Caillou dans les dix fesses
avatar

Féminin
Nombre de messages : 805
Age : 28
Localisation : Namur/Bruxelles
Date d'inscription : 30/10/2008
Flipomètre : "I lit a thin green candle, to make you jealous of me. But the room just filled up with mosquitos, they heard that my body was free" L. Cohen

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Mar 2 Nov 2010 - 23:04

p'tite bretonne a écrit:
Une interview accompagnée de 3 live.

http://www.allomusic.com/#/actualite/interview--benoit-doremus


Et juste le passage spécial dédicace à Noémie :
"Si tu étais un personnage de l'enfance ? Une chanson d'Henri Dès"

Il me semble qu'il n'y a pas de lien, dans l'article, vers ce pur moment de créativité : http://www.youtube.com/watch?v=K2Tj-G3mxEc
Revenir en haut Aller en bas
Senninha
Crocodile Dundee
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1766
Age : 31
Localisation : Osny (à côté de Cergy) 95
Date d'inscription : 25/01/2008
Flipomètre : J'suis pas tout seul à être tout seul, je l'ai enfin compris...

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Mar 2 Nov 2010 - 23:14

Meme avec des mots à la con, faut qu'il finisse par parler de lui... ce sale refleeeeeeeeeeeexeuh (et si kiffant reflexe Wink )

_________________
Celui qui offrait des crocos à Benito !
Revenir en haut Aller en bas
p'tite bretonne
Dorémusien confirmé


Féminin
Nombre de messages : 265
Age : 31
Localisation : Paris!!
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Mer 3 Nov 2010 - 2:30

"métaphoriquement tu es mon manteau" ... serait-il possible d'avoir un éclaircissement sur ces paroles ??? Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Lo.mel
Admin tyrannique de ce forum.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3207
Age : 30
Localisation : Where the Wild Things are.
Date d'inscription : 25/03/2006
Flipomètre : Il mano de la mia sorella nelle mutandine del Ponte de l'Alma

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Lun 29 Nov 2010 - 0:15

En première page du Républicain Lorrain d'aujourd'hui



Mon père m'a dit qu'il y avait encore trois quart de pages sur lui à l'intérieur, que je mettrai ici dès que possib' Smile

_________________
http://rueedison.blogspot.com/

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lila
Chèvre suisse en sursis.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 178
Age : 39
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 03/05/2010
Flipomètre : ... ça se passe...

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Lun 29 Nov 2010 - 16:29

Le reste du texte ici:
(merci mon alerte Google)

Et pour les vidéos et images: http://www.republicain-lorrain.fr/fr/article/4223506/Numero-un-de-demain.html

Benoît Dorémus recevra, demain à Paris, le prix de la Sacem 2010 avec Florence Foresti, Benjamin Biolay et Jean-Michel Jarre. Produit par Renaud, l’auteur-compositeur-interprète messin vole aujourd’hui de sa propre plume.

Finalement, le bonheur, c’est simple comme un coup de fil. L’industrie musicale a choisi de vendre les tubes de ses artistes en sonnerie de mobile, le groupe de rock Atomic Tom a fait, il y a quelques semaines, un buzz planétaire en interprétant "Take me out" dans le métro new yorkais avec… quatre iPhone. Et Benoît Dorémus, lui, a joué une partie de son destin en composant sur son portable, pas sur sa guitare cette fois-là, les dix chiffres du numéro de Renaud.

Nous sommes en novembre 2005. Le prix 2010 de la Sacem Francis Lemarque saluant un jeune créateur ne le sait pas encore, mais cet appel va changer la tonalité de sa jeune carrière. « Je faisais à ce moment-là les premières parties du chanteur suisse Sarcloret » raconte celui qui sera, demain, au théâtre Marigny, à Paris, récompensé avec Florence Foresti, Jean-Michel Jarre Gaëtan Roussel, Christophe ou Benjamin Biolay. « Je suis fan de Renaud depuis toujours, Sarcloret le savait, et il me propose alors de ramener une guitare de collection de Genève à Paris pour Romane », la femme de l’interprète de "Morgane de toi".

Du répertoire de Renaud…

« Je l’appelle et on se fixe rendez-vous boulevard Montparnasse, le 20 novembre 2005 » raconte le tout jeune trentenaire né à Besançon. « Je lui ramène l’instrument, on prend un café et on discute un peu. Juste avant de se quitter, je lui offre mon CD auto-produit avec mes premières maquettes. Un peu contrarié, il me dit qu’il en reçoit quinze par jour et qu’il ne les écoute jamais. Je lui dis que je serais déjà très fier d’être simplement rangé dans la boîte à gants de sa voiture ».

Imaginez la scène : l’ancien étudiant messin en Arts du Spectacle, mention Cinéma, planté devant celui dont il connaît tout le répertoire. Un mauvais film. Des secondes interminables. A quoi pense-t-il alors ? A ses premiers accords sur la six cordes de son copain, fils de l’instituteur, ou sur celle de son papa (qui n’en avait plus que trois) ? A Marie, sa sœur, et à Emmanuel, Vincent et Xavier, ses frères, qui ont été son premier public ? Ou à ce premier concert, au milieu des années 90, place de la République à Metz, où, collé à la scène, il scrute les moindres faits et gestes de Zucchero et d’Axelle Red ?

Le héros de "Germinal", réalisé par Claude Berri, a le nez plongé dans le livret des textes. Un titre l’interpelle plus particulièrement : "Rien à me mettre". « J’ai écrit " Je n’ai rien à me mettre" mais je n’ai jamais réussi à la finir ». Premier silence. « C’est magnifique, merveilleux. Je n’ai rien lu d’aussi beau depuis vingt ans » lui lance Renaud. Notre Messin croit à un numéro d’acteur. « Mais je suis certain que la musique est à c… »

Deux jours plus tard, c’est l’interprète de " Mistral gagnant" qui le rappelle : « J’ai adoré. Tu as un producteur me demande-t-il. Je lui réponds que non. Il me coupe : maintenant si ».

… au numéro de mobile de Renan Luce

Les parties de foot à Sanry-lès-Vigy, le collège Charles Péguy de Vigy ou le lycée Schuman où il décroche un bac L peuvent peut-être paraître très éloignés de la sortie du deuxième single de son deuxième album ( "T’as la loose"). Mais c’est très mal le connaître. Le garçon n’est jamais aux abonnés absents. Il espère ainsi refaire, en 2011, le festival Zik@metz de son ami d’enfance Hugues Chavaroche.

Amoureux des mots (ses influences vont de Reggiani à Souchon en passant Eminem, Djian et les Beatles), il fait joliment rimer la vie et les envies au rythme de ses accords.

Bien avant les professionnels de la Sacem, Renan Luce avait ainsi succombé à ses mélodies. « On s’est rencontré avant son succès, c’est un ami maintenant ». Dont le numéro de mobile est malicieusement glissé dans le livret de "2020" . Tentez votre chance, vous tomberez peut-être sur… un numéro un de demain.

Paul-Marie PERNET.

Ses dates

• 1980. Naissance le 20 mai à Besançon.

Papa, aujourd’hui retraité, était dans la finance.

Maman, ancienne prof de français, est maintenant conseillère principale d’éducation.

• 1990. S’installe avec sa sœur et ses trois frères à Metz, après un passage en Provence.

Il rejoint Paris en 2001.

• 25 janvier 2003. Donne son tout premier concert en public dans un bar du 11 e arrondissement de Paris.

• 2010. Sort en mai 2020, son deuxième album et décroche un prix de la Sacem.
Revenir en haut Aller en bas
Lo.mel
Admin tyrannique de ce forum.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3207
Age : 30
Localisation : Where the Wild Things are.
Date d'inscription : 25/03/2006
Flipomètre : Il mano de la mia sorella nelle mutandine del Ponte de l'Alma

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Lun 29 Nov 2010 - 16:47

Dieu a dit: "que la lumiere soit!" à quoi Chuck Norris répondit :"On dit s'il vous plait", avant de se faire licencier par Dorémus.

_________________
http://rueedison.blogspot.com/

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lila
Chèvre suisse en sursis.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 178
Age : 39
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 03/05/2010
Flipomètre : ... ça se passe...

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Lun 6 Déc 2010 - 14:18

Et ceci?
(sur: http://www.waxx-music.com/artistes/interview/Benoit-Doremus_412.html)

Interview de Benoît Doremus
Benoît Doremus

"j'ai envie de continuer j'ai envie d'écrire des chansons...encore longtemps et être un peu dépendant de cette machinerie est un peu oppressant"

Adeline Lajoinie : Pour commencer, une question un peu bateau ; c’est quoi pour toi la plus grande différence entre cet album là et l’album précédent ?

Benoît Dorémus : Euh c’est pas une question bateau, c’est une question ultra ouverte ! Il y aurait plein de chose à dire ! La plus grande différence ? Bah, dit donc c’est pas si facile. Non, j’ai plusieurs trucs, j’ai les thèmes abordés, ça me parait assez différent et du coup aussi les arrangements. C’est pas du tout la même couleur musicale, peut-être que c’est ça pour ceux qui connaissent l’ancien et qui vont écouter le nouveau. C’est peut-être ça voilà qui peut les frapper à la première écoute.

Le fait aussi que peut-être aussi tu t’es un peu éloigné de Renaud par rapport à l’album d’avant ?

Benoît Dorémus: Euh, je ne m’en suis pas éloigné humainement parce que voilà ça reste quelqu’un que je vois tout le temps, mais en revanche vocalement ouai, c’est vrai que j’ai fait beaucoup d’efforts pour m’en débarquer, euh débarquer, non m’en démarquer. Mais je me suis peut-être plus rapproché de moi, j’ai réussi à raconter ce que je voulais raconter moi, alors peut-être que du coup, on pense moins aux influences, aux étiquettes que je pouvais avoir avant.

Justement par rapport à Renaud, une question un peu personnelle, c’est quoi pour toi la différence entre l’image que tu avais de Renaud avant de le connaître et aujourd’hui maintenant qu’il est proche de toi ? Est-ce qu’il y a vraiment des différences, est-ce qu’il y a des choses qui t’ont choquées ?

Benoît Dorémus : non pas choqué non ! (rire), Euh pfff, bah la différence elle est énorme puisque maintenant je le connais dans l’intimité… mais, c’est assez curieux parce que oui, je ne le vois pas tout à fait de la même façon de temps en temps. C’est vraiment quelqu’un avec qui je suis bien et puis je me dis pas à chaque fois que je le vois ouahhh je suis avec Renaud, plus du tout, heureusement, depuis longtemps, mais de temps en temps, sur un regard ou sur un sourire qu’il peut avoir ou quelque chose, voilà, oui je suis frappé par le chanteur que je vois en transparence. Mais non, de temps en temps, je me dis que j’ai de la chance de le connaître un peu derrière le rideau, derrière la scène, mais en fait, je fais la part des choses entre le chanteur que j’écoute toujours chez moi en chantonnant et en gratouillant et le Renaud avec qui je déjeune de temps en temps, donc en fait c’est assez naturel, il n’y a pas de traumatisme en tout cas post-connaissance de Renaud (rire) ! Au contraire, là ça me conforte dans l’idée que j’avais de lui avant, c’est quelqu’un d’ultra sensible et d’ultra drôle aussi et puis, et puis de mystérieux.

Une autre personne aussi à laquelle tu es souvent associée, par les premières parties et puis à priori par l’amitié, c’est Renan Luce… c’est quoi pareil qui vous différencie, puisque vous faites tous les deux partie de cette « nouvelle génération » de la chanson française, Les gens forcément font des parallèles entre vous deux, mais qu’est-ce qui fait que vous prenez des chemins différents ?


Benoît Dorémus : euhhh pff, bah c’est vrai que pour quelqu’un qui ne connaît rien à la chanson française, par exemple un américain qui écouterait, pour lui, c’est la même chose : c’est des gens qui chantent en français, il y a beaucoup de textes et il y a beaucoup de rimes. Pour quelqu’un qui s’y connaît en chanson française et qui est vraiment pointu ça n’a strictement rien à voir, donc il y a beaucoup de choses qui nous rapprochent, beaucoup de choses qui nous éloignent… Déjà ce qui nous rapproche, c’est l’amour du texte. On est tous les deux des…, voilà on aime bien les rimes riches, on aime ciseler nos textes, et moi je l’admire pour ça. Après on ne raconte pas tout à fait les mêmes choses. Moi j’ai des chansons qui sont toujours, je ne dis pas que les siennes ne sont pas personnelles, mais les miennes sont voilà, je parle de moi, je parle de mes états d’âme, de ce que je ressens, de ce que j’éprouve. Renan, lui ce qu’il sait très bien faire c’est incarner des personnages, inventer des histoires un peu fantaisistes, euh, mais enfin je pense qu’il y a beaucoup de choses, musicalement, c’est pas tout à fait non plus les mêmes références ou les mêmes choix, acoustiques, électriques …., il y aurait aussi milles choses à dire quoi, mais il y aussi énormément de choses qui nous rapprochent, j’ai aussi envie de dire ça aussi, c’est que pour moi ça fait partie des gens pour qui je me sens très très proche oui.

Tu parles du fait que tes chansons parlent de toi, sur cet album là, tu as dis que tu voulais un petit peu t’éloigner du côté autobiographique ?

Benoît Dorémus : Exactement, ouai ça c’est vrai ! Le premier album est assez centré sur ma petite personne. J’avais beaucoup de choses à dire sur moi, sur mon envie d’être là, d’être chanteur, de faire ce que je fais…., et je me demandais justement, comme ce rêve s’est réalisé et que j’ai fait cet album, si l’auteur en moi, était capable de s’ouvrir un peu à d’autres choses, de raconter d’autres chansons, de ne pas toujours dire « je », ou en tous cas dire « je » sans que forcément ça soit moi, ou que je sois vraiment le sujet de chaque chanson, donc ça m’a amusé et ça m’a satisfait d’y arriver, en tout cas j’ai eu l’impression. Et aussi de faire des chansons un peu plus fantaisistes, un peu plus légères, voilà les thèmes étaient souvent intimes ou existentiels sur le premier, c’est toujours le cas sur certaines chansons sur le deuxième, mais euh ? Mais aussi voilà, oui, un peu plus d’air j’ai l’impression quoi.

Adeline Lajoinie : Justement, quand on l’habitude comme toi, ce n’est pas péjoratif quand je vais dire ça, de s’écouter soi, où est-ce qu’on va chercher les tranches de vie des autres ?


Benoît Dorémus : moi je pars souvent des phrases en fait. Je ne me dis pas, tiens je vais raconter l’histoire de…, je pars de phrases que j’entends, parfois je pique des phrases que j’entends dans la rue, dans le métro, des gens qui parlent qui font sans le savoir des associations de mots que je trouve charmantes, ou rigolotes ou originales. Mais à partir du moment où une idée de phrase donne naissance à un début de chanson, je puise en moi dans mes souvenirs, je puise dans les phrases que j’ai pu écrire de mon côté, je ne sais pas en fait où je puise tout ça, si je le savais j’y puiserai bien plus souvent, puisque je n’écris pas autant que je voudrais, évidemment, comme tout le monde ! Voilà, je laisse trainer mes oreilles j’ai l’impression.

On va prendre un exemple concret, un sujet comme « Calumet » par exemple, je suppose que, enfin je n’en sais rien du tout, mais peut-être qu’il y a quelque chose d’un peu personnel, ou aussi au niveau des copains, d’où ça vient cette histoire là ?

Benoît Dorémus : Ça c’est encore une des chansons encore les plus personnelles dans le nouveau, mais pour laquelle je me suis servi effectivement de ce que je pouvais voir autour de moi. C’est une chanson sur le pétard et les fumeurs de pétard, donc j’y ai mis un peu de moi, de ce que je savais de la chose, et puis de ce que je craignais de toucher ou d’atteindre en fumant trop, de regarder les copains qui fument, ou de ce qu’on peut en dire dans notre société de ce thème là ; et cette chanson en l’occurrence est partie de la musique je crois. C’est vraiment dès les deux premiers accords de guitare, de temps en temps comme ça on est frappé par l’évidence, je savais que cette chanson parlerait de ça. Et puis après, c’est aussi les rimes, l’histoire qui se construit… Parfois je commence la chanson, je ne sais pas comment elle va se terminer ni ce que sera la chute donc je me laisse un peu guider.

Tout à l’heure tu parlais des phrases que t’entendais dans le métro, t’as un morceau sur Paris qui est un bel hommage, qu’est-ce qui te manque le plus quand tu quittes Paris ?

Benoît Dorémus : Oh ! Mon chat ! Mon chat parce que je suis beaucoup en tournée et mon petit chat me manque (rire) ! Mais de parisien, euh, Paris ne manque pas au bout de deux jours. Si je pars une semaine dix jours, bah ce qu’il me manque c’est les copains, c’est ma vie sociale, ma vie affective, tout ça. C’est pas les monuments ni le métro, ça c’est sûr ! Non, non c’est plutôt humainement quoi, ce que j’ai ici.

Et toi qui a commencé dans les bars parisiens, qu’est-ce qui reste chez Benoît Dorémus d’aujourd’hui, qu’il y avait de Benoît Dorémus qui grattait sa guitare dans les bars ?


Benoît Dorémus : euh… ce qu’il reste, en tout cas de ces concerts là, de cette atmosphère qu’il pouvait y avoir, et que j’aime bien retrouver dans les petites salles où je joue maintenant, c’est je pense l’interaction avec le public, parce que dans les bars souvent on me gueulait un truc, il fallait répondre, il fallait s’amuser comme ça, donc j’ai toujours aimé ça, improviser un peu avec les gens, faire un peu le clown entre les chansons, donc ça je pense que c’est resté. Ce qui ne me manque pas c’est les gens qui parlent part dessus ta musique pendant que tu essaies de faire ta petite chanson d’amour. Ça, ça ne me manque pas trop mais c’était une bonne école. Et puis c’est vrai qu’en plus ça me parait pas si loin de ça, donc j’ai l’impression d’être toujours un peu le gars qui essaie de présenter ses chansons quoi. Ça ne change pas dans un bar ou dans Zénith en première partie de Renan, c’est la même envie qu’on m’écoute.

On parlait tout à l’heure des chansons un peu plus philosophiques, un peu plus personnelles, t’as en deux parties, « Deux pieds dedans » et « Depuis hier », alors j’ai réécouté et réécouté, ça parle de quoi en fait ? (rire)

Benoît Dorémus : ça parle de quoi ! Oh bah mince alors (rire) ! Ça parle d’un ado qui fait une fugue et qui parle à ses parents, voilà, qui est en fugue, ça c’est la première partie c’est « Les deux pieds dedans ». On l’imagine sur la route avec sa guitare, en train de penser et de dire des choses, et puis la suite s’appelle « Depuis hier », c’est les parents qui lui répondent, qui sont dans leur maison et qui attendent son retour et qui son inquiets.

Et sur « Depuis hier », tu es avec Luciole, comment s’est faite la rencontre et pourquoi avoir choisir un seul duo avec elle ?

Benoît Dorémus : Bah c’est la première fois que j’écris une chanson pour deux. Voilà parce que c’est le père et la mère. Ça c’était nouveau pour moi et j’avais besoin de quelqu’un qui, c’est une chanson qui a un peu de débit, un peu de flow, qui est un peu slammée comme ça et donc je voulais une voix féminine et quelqu’un qui sache faire ça, et aussi qui soit mélodieuse qui soit capable de chanter parce que le refrain est plus pop tu vois, donc je me creusais la citrouille pour savoir qui pouvait faire ça. Et Luciole je ne la connaissais pas, c’est les gens de ma maison de disque qui m’ont parlé d’elle, j’ai été écouté comme un grand ce qu’elle faisait ; et c’est vrai que ce côté slam qu’elle a, avec une voix que je trouve très posée et très jolie, je trouvais que c’était la maman qu’il me fallait pour ma chanson. Mais c’est vrai que ni l’un ni l’autre on n’a l’âge de cette chanson, c'est-à-dire qu’on est censés être des parents qui parlent a leur gamin de quinze ans ou dix-sept ans, donc c’est pas encore mon cas et elle non plus, donc c’était un petit jeu de rôle pour tous les deux.

Parmi tes chansons les plus personnelles il y a « De l’autre côté de l’ordi », dans quelle mesure es-tu un stressé par rapport à ton avenir musical ?

Benoît Dorémus : benh euh je suis un peu un stressé mais ce qui me rassure c’est que tout le monde l’est. Tous les gens du métier avec qui j’en parle, les chanteurs, comme l’entourage, les maisons de disque, on traverse tous, on se le dit et on se soutient, une période difficile. Concrètement moi j’ai l’impression d’avoir de la chance de faire ce deuxième disque. Je ne suis pas quelqu’un qui comme on dit rapporte si on parle vraiment économiquement, de l’argent à ma maison de disque, ça c’est des choses concrètes qui font qu’on peut ou non en faire un troisième. Donc c’est très anxiogène parce que moi j’adore ce métier, j’ai envie de continuer j’ai envie d’écrire des chansons, pas toute ma vie, j’en sais rien, mais encore longtemps donc voilà d’être un peu dépendant de cette machinerie c’est un peu oppressant. Dans cette chanson, j’ai essayé de dire à la fois que j’étais heureux de faire ça, que j’avais de la chance, mais qu’en même temps ça n’était pas facile tous les jours.

Par rapport au processus de création des textes, t’as un morceau qui s’appelle « Tu dors à contre jour », où il y a ce côté, est-ce que je regarde les choses, enfin moi je l’ai pris comme ça, tu me dis si je me trompe, mais est-ce que je regarde les choses ou est-ce que j’en parle en fait ? J’ai eu l’impression que c’était un peu ça. Est-ce que l’inspiration je m’en sers ou est-ce que je vis avec ? Est-ce que ce genre de problème là tu te le poses vraiment quand tu regardes les choses ? Est-ce que je vais en faire une chanson à chaque fois ?

Benoît Dorémus : C’est une bonne question ! Non, non, en revanche, je suis toujours aux aguets parce que comme je te le disais tout à l’heure les idées ça ne vient pas tous les jours. Je n’écris pas une chanson par jour donc forcément, ma petite déformation professionnelle c’est que si ça vient faut savoir saisir le moment. D’où les phrases dans le métro, d’où les choses comme ça, mais c’est vrai que c’est une chanson sur l’inspiration. C’est l’histoire d’un gars qui ne peut pas écrire les idées qui lui viennent parce que il y a une fille qui s’est endormie avec sa main prise dans la sienne donc il ne peut pas chopper son stylo, c’est dramatique. C’est une chanson sur le choix de vivre ou le choix d’écrire, c’est vrai que c’est un peu ça, mais dans le quotidien, les moments sont suffisamment rares et précieux pour que je sache les chopper quand ils arrivent.

Tu parles de ces moments d’écriture, il me semble que tu as également écrit d’autres choses que des chansons….


Benoît Dorémus : En grand amateur ouai !

Est-ce qu’écrire un roman, écrire des dialogues de films c’est quelque chose que tu referais ?

Benoît Dorémus : J’adorerais, j’adorerais ! Pour l’instant je crois que je ne sais pas le faire. J’ai essayé d’écrire un roman quand j’avais une vingtaine d’année pour voir si j’en étais capable, d’aller au bout, de mener un peu comme ça un projet à terme mais je ne suis pas un romancier, pas encore, mais j’aimerais vraiment que ça vienne un jour, mais c’est vraiment autre chose. Je suis beaucoup plus à l’aise avec la mélodie, avec la musique, avec les rimes, avec cette contrainte d’une chanson, ça fait quatre minutes, il y a ça, ça, ça… sinon je pars dans la paraphrase et voilà. Quand je relis ce truc que j’avais écrit il y a dix ans déjà, ça me tombe des bras ! Mais en revanche, c’était un super exercice pour moi, pour m’apprendre la rigueur… Mais oui, écrire des dialogues de film aussi j’adorerais c’est quelque chose qui me parait intriguant, je ne sais pas comment on s’y prend pour faire ça.

On parlait des textes, par rapport à la musique est-ce que les mélodies c’est aussi quelque chose avec lesquelles tu vis tous les jours ? Des choses qui sont dans ta tête ? Est-ce que comme certains artistes, tu te lèves en pleine nuit pour gratter ta guitare ?

Benoît Dorémus : Me lever en pleine nuit pour gratter ma guitare, pas souvent, mais me lever en pleine nuit pour écrire un bout de texte justement ça m’arrive régulièrement. Mais la guitare c’est comme le chewing-gum ou la cloppe, moi je suis chez moi et je la prends et je fais un peu n’importe quoi, c’est un peu un passe temps très doux, je gratouille… pour mon chat…

C’est un passe temps très doux pour toi ou il y a des gens qui font la tête des fois… (rire)

Benoît Dorémus : … non mais voilà c’est un accompagnement banal que je fais sans réfléchir maintenant.

Et pour cet album d’avoir travaillé avec Louis Duperron et Frédéric Lô, qu’est-ce que ça a changé pour toi ? Qu’est-ce que ça t’a apporté ?

Benoît Dorémus : Les arrangements n’ont rien à voir sur le nouveau. Le premier album, c’était de la chanson française mais plus orienté Hip-Hop, ou slam, il y avait quelque chose de plus scandé. C’était moins le cas là, les mélodies étaient plus pop donc j’ai été cherché des gens qui venaient ou qui savaient faire de la pop, donc eux m’ont amené ça. Moi je suis arrivé avec mes envies en disant comme ça, j’aimerais que ça sonne comme si, comme ça, en faisant écouter quelques morceaux des Beatles ou d’autres groupes que j’écoute et que j’aime, et eux avaient ce bagage culturel que moi je n’avais pas, d’arrangeur, pour me dire bah voilà, là, on pourrait mettre tel instrument : du mellotron, c’est une sorte de sampler de flûte traversière qu’il y a dans les Beatles par exemple. C’est des choses dont je n’aurais pas eu l’idée, donc eux m’ont amené ça et c’est déjà beaucoup parce que moi j’avais mes chansons que j’écris guitare/voix mais quand je les joue, à mon chat, je ne sais pas, je n’entends pas autre chose, je n’entends pas la basse, je n’entends pas ce que pourrait faire les cordes, je n’ai pas ces facultés d’arrangeur. Eux entendent tout ça et ils me l’ont apporté. Ça fait que c’est un album plus arrangé, plus écrit dans l’arrangement, plus mélodique.

C’est marrant parce que tu dis que le premier album était plus orienté Hip-hop et un peu comme les rappeurs tu as fait comme une Mix-tape en attendant l’album…

Benoît Dorémus : Exact !

Avec des versions acoustiques, c’est rare finalement, c’est vraiment quelque chose de très rapologique…

Benoît Dorémus : Ouai c’est vrai, je n’avais même pas fait le rapprochement ! Mais c’est vrai qu’on était bien en studio, on avait quelques jours de plus, on en a profité pour enregistrer quatre, cinq morceaux guitare/voix. Comme j’ai fait beaucoup de concerts ces derniers temps et que l’album n’était pas encore sorti, c’était une manière pour les gens de pouvoir repartir avec un petit souvenir pour pas cher, pour avoir un petit objet, et j’étais impatient aussi de faire connaître les chansons donc voilà ça s’est fait comme ça.

La scène c’est vraiment quelque chose de très important pour toi, on sent même dans ta manière d’écrire qu’il y a quelque chose de scénique : pour toi quelle est la différence entre un artiste de scène et un artiste qui ne l’est pas ?

Benoît Dorémus : Il y a des artistes qu’ils ne sont pas ? C’est vrai… pff, je ne sais pas, moi j’ai commencé par ça. J’ai commencé par jouer dans les bars, ce n’était pas vraiment de la scène, mais si pourtant, c’était quand même des concerts où il y avait des gens il fallait assurer, je ne savais même pas qu’un jour j’enregistrerais un disque, que ça deviendrait mon métier et que je serai encore là quelques années plus tard, donc je ne conçois pas ce métier… En plus de la chanson à textes, c’est des histoires. Il y a peut-être des domaines musicaux où on n’a pas forcément besoin de voir les gens sur scène, mais j’ai l’impression que la chanson, moi les premiers souvenirs que j’ai avec mes premiers concerts où j’allais c’était pour écouter. Moi je suis resté un bloqué là-dessus, mais j’ai l’impression qu’il n’y a pas beaucoup de chanteurs qui n’en font pas… je suis en train de chercher des exemples… mais, si ?

Non, mais qui sont moins à l’aise quoi…

Benoît Dorémus : Qui sont moins à l’aise ouai, mais ça …

Pour moi c’est un peu ça….

Benoît Dorémus : mais ce n’est pas pour autant que je suis à l’aise ! Une fois sur scène ça va, mais j’ai mis longtemps à le faire. Justement, les concerts que j’ai fait en première partie de Renan j’étais tout seul à la guitare et ça, je ne l’avais jamais fait de ma vie avant, donc j’y suis un peu allé…, je ne me suis pas forcé au début, mais c’était pas fastoche… Et voilà c’est de concert en concert, c’est les gens qui m’ont donné confiance en moi pour faire ça. Le trac on ne le perd jamais, j’aimerais bien mais j’ai l’impression qu’on ne s’en débarrasse pas.

Alors, premier single, « Bilan Carbone », première chanson de l’album, pourquoi celui-là ? Comment on choisi son premier single ?

Benoît Dorémus : Comment on choisi un premier single ? Heureusement pour moi il n’y a pas eu de bras de fer avec la maison de disque. Je pense qu’il y a des artistes à qui on essaie d’imposer des chansons, et voilà ça ne doit pas toujours être facile. Moi j’ai eu du bol jusque là, ça toujours été des chansons que j’avais précisément envie de mettre en avant. C’est une des dernières chansons que j’ai écrite pour l’album. Je l’ai écrite juste avant de rentrer en studio, bon je ne vais pas dire que je l’aime bien ça n’aurait pas de sens, on s’en doute, mais j’ai tout de suite su que j’aimais la jouer, que j’aimais la chanter et que je pouvais la chanter mille fois sans m’en lasser. Elle dit des choses personnelles en essayant de traiter un sujet d’actualité, c’est quelque chose que je n’avais pas vraiment fait avant, donc voilà, pour ce que ça disait de nouveau de moi j’avais envie de la mettre en avant et puis encore une fois, par chance, c’était exactement la volonté de la maison de disque ! Donc ça va, ça c’est fait « Peacefull » ! (rire)

Puisqu’il y a des morceaux un peu plus « sociétaux » dans cet album là et qu’il s’appelle « 2020 », comment est-ce que tu vois la Terre en 2020 ?

Benoît Dorémus : Oh ! En feu !! Non, non je n’en sais rien ! Justement on me demande souvent comment tu te vois en 2020, et aucune idée ma bonne dame ! C’est pour ça que j’ai écrit cette chanson, c’est justement pour m’amuser en 2020 si je serai encore là, de voir … (rire) C’est une sorte de petit message à relire après coup, mais je crois que la Terre n’aura pas changée des masses. De même quand j’étais petit, on me parlait de l’An 2000 en s’imaginant des trucs et puis… l’An 2000 c’était déjà il y a dix ans et il y avait toujours des Renault 5 dans la rue donc ça sera pareil dans dix ans j’ai l’impression. Ça sera peut-être un plus cadenassé par je ne sais pas, les brimades écologiques et économiques et peut-être que ça sera moins rigolo, mais je n’en sais rien… j’ai hâte de voir !

Propos recueillis par Lajoinie Adeline
Revenir en haut Aller en bas
Senninha
Crocodile Dundee
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1766
Age : 31
Localisation : Osny (à côté de Cergy) 95
Date d'inscription : 25/01/2008
Flipomètre : J'suis pas tout seul à être tout seul, je l'ai enfin compris...

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Lun 6 Déc 2010 - 18:24

Prix de la SACEM a écrit:
Retrouvez en live les artistes sur France 4, le 27 décembre prochain à 23h.

_________________
Celui qui offrait des crocos à Benito !
Revenir en haut Aller en bas
Senninha
Crocodile Dundee
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1766
Age : 31
Localisation : Osny (à côté de Cergy) 95
Date d'inscription : 25/01/2008
Flipomètre : J'suis pas tout seul à être tout seul, je l'ai enfin compris...

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Lun 6 Déc 2010 - 18:46

chèvre a écrit:
Je l’ai écrite juste avant de rentrer en studio, bon je ne vais pas dire que je l’aime bien ça n’aurait pas de sens, on s’en doute, mais j’ai tout de suite su que j’aimais la jouer, que j’aimais la chanter et que je pouvais la chanter mille fois sans m’en lasser.

Mouai donc elle passe de "Ma ptite préférée de l'album" à "j'aime bien la jouer"... Je savais bien que ca pouvait pas être sa vraie préférée.

_________________
Celui qui offrait des crocos à Benito !
Revenir en haut Aller en bas
Senninha
Crocodile Dundee
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1766
Age : 31
Localisation : Osny (à côté de Cergy) 95
Date d'inscription : 25/01/2008
Flipomètre : J'suis pas tout seul à être tout seul, je l'ai enfin compris...

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Dim 9 Jan 2011 - 18:36

2020 = 12e meilleur album français de 2010 selon la rédaction de MusiqueMag

http://musique.jeuxactu.com/news-les-20-meilleurs-albums-scene-francaise-de-2010-5091.htm

cool

_________________
Celui qui offrait des crocos à Benito !
Revenir en haut Aller en bas
much
Caillou dans les dix fesses
avatar

Féminin
Nombre de messages : 805
Age : 28
Localisation : Namur/Bruxelles
Date d'inscription : 30/10/2008
Flipomètre : "I lit a thin green candle, to make you jealous of me. But the room just filled up with mosquitos, they heard that my body was free" L. Cohen

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Dim 9 Jan 2011 - 22:46

Il fait son chemin, le p'tit, mine de rien.

Une bonne nouvelle de plus.

Je ne sais pas si elle se trouve déjà quelque part ici, mais je suis tombée sur cette vidéo il y a peu :



Et ça m'a fait plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
mel
Dorémusien confirmé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 283
Age : 31
Localisation : clermont ferrand
Date d'inscription : 04/11/2009

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Dim 9 Jan 2011 - 22:53

petit plaisir du dimanche soir... bien appréciable !
merci much !
Revenir en haut Aller en bas
Flo
Flo de ce forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2656
Age : 28
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 08/02/2006
Flipomètre : "T'es où ? Parce que là j'te préviens, j'suis pas en train d'attendre un crétin"

MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   Lun 10 Jan 2011 - 12:00

toujours aussi bien c'te chanson !
merci.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 2020 - Critiques, chroniques, etc...   

Revenir en haut Aller en bas
 
2020 - Critiques, chroniques, etc...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» La valeur réelle des critiques en musique classique ?
» Bee Gees - Odessa (1969)
» Les critiques pas sympas sur 30 Seconds To Mars!!
» Skalpel"Chroniques de la guerre civile" New album
» Vos derniers CDs écoutés: critiques (Mars 2006)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Benoît Dorémus :: Benoît Dorémus :: Médias-
Sauter vers: