Benoît Dorémus

Forum de Benoît Dorémus
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Chansons que vous aimez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Lolita
Admin tyrannique de ce forum.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4721
Age : 31
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Chansons que vous aimez   Dim 29 Jan 2006 - 23:12

Mettez ici des textes qui vous touchent! J'inaugure avec...Benoît évidemment, c'est un peu son forum a lui qu'il a Cool


ARMEL (Benoît Dorémus)

Alors comme ça c’est lui qui va sonner chez toi, plaisanter deux minutes avec ta mère et te suivre dans ta chambre ? Tu refermeras le verrou. Longtemps, nous n’avons pas eu de verrou et cet enfoiré ne connaîtra pas ça.
Avec ses doigts il va te toucher et tu te laisseras faire, et avec tes doigts, tu vas le toucher aussi. Tu vas refermer ta main sur sa... et le... Ne le touche pas Lisa, il est empoisonné ! Ne le touche pas ! Ne la touche pas ! Et vous allez vous embrasser ! Vous embrasser et vous tenir la main ! Et baiser ! Et tu lui caresseras le dos, et il te léchera les seins, et il va te soulever comme un rien. Et il va mieux se demmerder que moi ! Et tu vas lui sourire ! Et tu vas le dévorer des yeux ! Et tu vas le caresser doucement ! Et ta mère lui demandera s’il veut boire quelque chose, et il dira oui, moi je disais non ! Et tu voudras qu’il reste bouffer ! Et il restera bouffer ! Et il bouffera plus que moi ! Et tu voudras pas qu’il parte ! Et il restera pour la nuit ! NON ! Bon Dieu de merde, je viens seulement d’y penser. Quand je l’ai appelée l’autre soir, si ça se trouve il était près d’elle. Oh bordel. Cette petite pute ose me parler alors qu’il est dans sa piaule, voire dans son pieu, et me raconter qu’elle le trouve beau, et qu’il lui plaît ? Cette petite pute ose faire ça ? Jamais je me serais permis ! Mais ça se passera pas comme ça Lisa, non, pas comme ça.
Je vais te brûler vivre, je vais t’arracher les yeux, pour qu’elle voit que je rigole pas. Elle se fait baiser par un autre mec ? Je vais finir mes jours en taule. Je sais pas si je suis jaloux ou amoureux, ce que je sais c’est que je vais vomir. Tout balancer par terre et tout piétiner, shooter dans un tas de trucs précieux et fragiles, brûler des livres, déchirer ce sur quoi repose l’humanité. Elle a osé faire ça ? Oublier qui je suis ? Il va y avoir des morts, salope, petite salope ! Je vous encule, tous ! J’encule Dieu et j’encule le ciel. J’encule le diable et j’encule l’amour. J’encule la terre entière et je ne vais pas me laisser enculer. On me respecte moi, quoiqu’il arrive, je suis Armel. Armel avec lequel on peut écrire arme. Je peux pas vivre avec elle, je peux pas vivre sans non plus, je dois tuer. J’écrirai mon nom en lettres de sang à la surface du globe. Armel en rouge sur toute la longueur des Etats-Unis, Armel ensanglanté à travers l’Europe, hémorragie d’Armel en Afrique, Armel coagulé du pôle nord au pôle sud. Elle était en train de le chevaucher quand j’ai téléphoné ? Armel, nom purpurin, sur chacun de vos fronts.

Le journaliste :
Il était tard dans la nuit, ou tôt le matin peut-être. En fait, c’était une de ces heures difficiles à cerner, ou bien le jour n’allait pas tarder, ou bien la nuit était tombée il y a cinq jours déjà, ouais, plutôt ça. Armel ne guettait pas vraiment le jour de toute façon. Bon, s’il venait il ne cracherait pas dessus, mais c’est tout. Il était assis à son bureau, à moitié à poil, il était allé ramasser une bouteille de vodka à moitié vide, il déconnait gentiment avec, la retournait dans tous les sens pour que le vide ne soit ni en haut, ni en bas, il alternait, il voulait qu’il y en ait partout du vide, pour tout le monde un peu.
Il en avalait de grandes rasades mais c’était des conneries, ça pouvait lui faire que dalle, ça pouvait pas le mettre sous la table au bout de trois gorgées comme elle, ça non, lui, il avait de la bouteille.
Il regardait la moitié pleine en rêvassant. C’est quand même incroyable comme ça ressemble à de l’eau ! Vraiment, regarde-moi ça, ça y ressemble comme deux gouttes ! Il aimait bien se dire ça, il n’en revenait pas. Ça a l’innocence de l’eau, l’eau de vie, d’ailleurs en russe vodka ça veut dire petit eau, il savait ça. Sauf que si tu mets un poisson là-dedans, il crève en trente secondes. Le pire, c’est qu’il avait essayé quand il était petit. Il s’était acheté un poisson à dix balles, un rouge vif, et il l’avait plongé dans un grand bol. Le truc avait gigoté, bu la tasse, et dévoilé son ventre jaune quelques secondes plus tard.
Armel aimait bien repenser à cette histoire, ça le faisait sourire, il se disait que vraiment il ne connaissait rien à la vie, qu’elle avait sûrement eu raison. Lui s’était imaginé que le poisson allait tournoyer là-dedans heureux comme un... il se voyait déjà révéler au monde entier qu’en fait, si, c’était bien comme de l’eau ! D’accord il avait sept ans, mais il avait l’impression de n’avoir pas appris grand chose depuis, sauf peut-être qu’on n’en meurt pas tout de suite, nous.
Il porta de nouveau la bouteille à ses lèvres, renversa la tête d’un coup brusque, regarda l’heure, trois fois d’affilée, les deux premières fois il n’avait pas retenu. Il trouva que décidément les aiguilles se foutaient de lui, il trouva que le mur était moins blanc qu’avant, il trouva qu’elle n’avait pas mâché ses mots la garce, il trouva qu’elle avait quand même une sacrée écriture, il ne trouva pas la force de la déchirer.
Armel prit sa tête dans ses mains, il respirait bizarrement, ça annonçait qu’il allait se remettre à pleurer, avoir ce petit mal de tête qui fait du bien en somme.
Avec Armel on peut écrire larme, il savait ça, alors il les laissa aller. Ça aussi ça ressemble à de l’eau, saloperie, à s’y méprendre. Là-dedans aussi le poisson aurait pu se noyer. Dans son chagrin.





Matmatah
Au conditionnel


--------------------------------------------------------------------------------



J'ai passé tant de nuits à briller sous mille soleils
A butiner les fleurs de ma bohème
Et pour rien au monde, je n'changerai le goût de ce miel
Mais voilà, vous me posez un sérieux problème
Non pas que vous ayez changé la couleur de mon ciel
Mais les choses aujourd'hui ne sont plus les mêmes
Et c'est non sans regret que j'ai eu vent de la nouvelle.

Une information à mettre au conditionnel,
Mais il semblerait bien que je vous aime.

Et même si la rumeur se fait de plus en plus belle
Et qu'elle crie sous mon toit que vous êtes une crème
S'il devient évident que vous semblez être celle
J'ai le coeur enchaîné à mon vieux théorème
C'est à mon grand regret que je n'peux que vous l'énoncer comme tel.

Une information à mettre au conditionnel,
Mais il semblerait bien que je vous aime.

Faut-il que je songe enfin à me brûler les ailes ?
Ne croyez surtout pas que j'en ai la flème
C'est sans doute par crainte que je chasse le naturel
Mais il tombe dans vos bras.
C'est commun, les mortels
Bientôt je serai prêt, je serai l'homme le plus formel.

Une information à mettre au conditionnel,
Mais il semblerait bien que je vous aime.

_________________
www.loliroger.com

*J'suis sur la lune si on m' demande...*
Revenir en haut Aller en bas
http://www.loliroger.com
Jihem
Admin tyrannique de ce forum.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 120
Age : 35
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 19/12/2005
Flipomètre : Aide-soignant

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Lun 30 Jan 2006 - 2:04

Demain les kids

(H-F. Thiéfaine)

Les charognards titubent au-dessus des couveuses
Et croassent de lugubres et funèbres berceuses
Kill the kid
Pendant que nos sorcières sanitaires et barbues
Centrifugent nos clones au fond de leurs cornues
Kill the kid
Dans les ruines de l'école où brûle un tableau noir
Une craie s'est brisée en écrivant espoir
Kill the kid
Déjà les mitrailleuses ont regagné leurs nids
Seule une mouche bourdonne sur la classe endormie
Kill the kid, kill the kid

Les guerriers de l'absurde et de l'enfer affrontent
Les délices de la mort sous le fer de la honte
Kill the kid
Beyrouth aéroport ou Mozambic city
Le sang des tout-petits coule aux surprises-parties
Kill the kid
Sacrifiez les enfants, fusillez les poètes
S'il vous faut tout ce sang pour animer vos têtes
Kill the kid
S'il vous faut tout ce sang pour jouir à vos fêtes
Sacrifiez les enfants, fusillez les poètes
Kill the kid, kill the kid, kill the kid

Quelque épave au regard usé par le délire
Poursuit dans sa folie le chant d'un enfant-lyre
Kill the kid
Et dans ses yeux squameux grouillant de noires visions
Le désir se transforme en essaim de scorpions
Kill the kid
Petite poupée brisée entre les mains salaces
De l'ordure ordinaire putride et dégueulasse
Kill the kid
Tu n'es plus que l'otage la prochaine victime
Sur l'autel écoeurant de l'horreur anonyme
Kill the kid, kill the kid
Sacrifiez les enfants, fusillez les poètes
S'il vous faut tout ce sang pour animer vos têtes
Kill the kid
S'il vous faut tout ce sang pour jouir à vos fêtes
Sacrifiez les enfants, fusillez les poètes
Kill the kid, kill the kid, kill the kid

Les charognards titubent au-dessus des couveuses
Et croassent de lugubres et funèbres berceuses
Kill the kid
Pendant qu'un Abraham ivre de sacrifices
Offre à son dieu vengeur les sanglots de son fils
Kill the kid
Mais l'ovule qui s'accroche au ventre de la femme
A déjà mis son casque et sorti son lance-flamme
Kill the kid
Attention monde adulte inutile et chagrin
Demain les kids en armes, demain les kids enfin
Demain les kids

L'étranger dans la glace

(H-F. Thiéfaine)

Descendre dans la soufflerie
Où se terre le mystère inquiet
Des ondes & de l'asymétrie
Des paramètres au coeur violet
Je vois des voiles d'aluminium
Au fond mon regard distrait
Des odeurs de mercurochrome
Sur le registre de mes plaies

Le vent glacé sur mon sourire
Laisse un traînée de buée
Quand je regarde l'avenir
Au fond de mes yeux nécrosés
Le vide à des lueurs d'espoir
Qui laisse une ombre inachevée
Sur les pages moisies de l'histoire
Où je traine ma frise argentée

Mais mon regard s'efface
Je suis l'étranger dans la glace
Mais ma mémoire s'efface

La brume adoucit les contours
Des ratures sur mes triolets
La valse des nuits & des jours
Se perd dans un murmure discret
Les matins bleus de ma jeunesse
S'irisent en flou multicolore
Sur les molécules en détresse
Dans le gris des laboratoires

Mais mon regard s'efface
Je suis l'étranger dans la glace
Mais ma mémoire s'efface

Extrait de : Exercice de simple provocation avec 33 fois le mot coupable :

(H-F. Thiéfaine)

J'me sens coupable d'être né français, de parents français, d'arrière-arrière... etc. grands-parents français, dans un pays où les indigènes pendant l'occupation allemande écrivirent un si grand nombre de lettres de dénonciation que les nazis les plus compétents et les mieux expérimentés en matière de cruauté et de crimes contre l'humanité en furent stupéfaits et même un peu jaloux
J'me sens coupable de pouvoir affirmer qu'aujourd'hui ce genre de pratique de délation typiquement française est toujours en usage et je prends à témoin certains policiers compatissants, certains douaniers écoeurés, certains fonctionnaires de certaines administrations particulièrement troublés et choqués par ce genre de pratique
J'me sens coupable d'imaginer la tête laborieuse de certains de mes voisins, de certains de mes proches, de certaines de mes connaissances, de certains petits vieillards crapuleux, baveux, bavards, envieux et dérisoires, appliqués à écrire consciencieusement ce genre de chef-d'oeuvre de l'anonymat J'me sens coupable d'avoir une gueule à être dénoncé Je me sens coupable, coupable !

Je t'en remets au vent

(H-F. Thiéfaine)

D'avoir voulu vivre avec moi
T'as gâché deux ans de ta vie
Deux ans suspendue à ta croix
A veiller sur mes insomnies
Pourtant toi tu as tout donné
Et tout le meilleur de toi-même
A moi qui ai tout su garder
Toujours replié sur moi-même

Mon pauvre amour, sois plus heureuse maintenant
Mon pauvre amour, je t'en remets au vent

Toi tu essayais de comprendre
Ce que mes chansons voulaient dire
Agenouillée dans l'existence
Tu m'encourageais à écrire
Mais moi je restais hermétique
Indifférent à tes envies
A mettre sa vie en musique
On en oublie parfois de vivre

Mon pauvre amour, sois plus heureuse maintenant
Mon pauvre amour, je t'en remets au vent

Tout est de ma faute en ce jour
Et je reconnais mes erreurs
Indifférent à tant d'amour
J'accuse mes imbuvables humeurs
Mais toi ne te retourne pas
Va droit sur ton nouveau chemin
Je n'ai jamais aimé que moi
Et je reste sans lendemain

Mon pauvre amour, sois plus heureuse maintenant
Mon pauvre amour, je t'en remets au vent

Je ne sais plus quoi faire pour te décevoir

(H-F. Thiéfaine)

Assis comme un lépreux devant mon brasero
Frileux sous le blizzard soufflant son lamento
O my sweet honey love
J'écrivais le chorus d'un concerto lubrique
Sur le chargeur glacé de mon automatique
O my sweet honey love
Quand je t'ai vue marcher le long du taxiway
Où mon vaisseau-cargo déchargeait en secret
O my sweet honey love
Mes carrousels de monstres aux yeux de chrysolithe
Et les démons transfuges de ma zone interdite
O my sweet honey love
Pas b'soin de télescope pour suivre ta beauté
Quand tu viens t'acharner à me faire espérer
Mais j'suis fait d'une matière débile indélébile
Et je n'sais plus quoi faire pour me rendre inutile
Et je n'sais plus quoi faire pour te décevoir

Tu traverses les ruines de mes cités fossiles
Dans la phosphorescence de mes visions fébriles
O my sweet honey love
Parmi les papiers gras et les caisses éventrées
Qui jonchent le parking de mon cerveau brûlé
O my sweet honey love
Et tu poses des oranges dans la cendre mouillée
De mon cachot désert aux barreaux calcinés
O my sweet honey love
Et d'un éclat de rire tu gommes les pierres tombales
Des quartiers délabrés de ma radio mentale
O my sweet honey love
Pas b'soin de télescope pour suivre ta beauté
Quand tu viens t'acharner à me faire espérer
Mais j'suis fait d'une matière débile indélébile
Et je n'sais plus quoi faire pour me rendre inutile
Et je n'sais plus quoi faire pour te décevoir

Crépuscule-transfert

(H-F. Thiéfaine)

Dans la clarté morne et glaciale
D'un ténébreux soleil d'hiver
Tu te blottis comme un animal
Sous les tôles rouillées d'une Chrysler
Entre une laverie automatique
En train de cramer et un bunker
Y a plus grand-chose de magnétique
Sur la bande son de ton flipper

Les gens tristement quotidiens
Dans leur normalité baveuse
Traînent leur futur d'euro-pingouins
Au bout d'leurs graisses albumineuses
Et toi tu ne sais plus où aller
De cul de sac en voie sans issue
T'as juste appris à éviter
Les snippers et les tirs d'obus

L'horreur est humaine, clinique et banale
Enfant de la haine, enfant de la peur
L'horreur est humaine, médico-légale
Enfant de la haine, que ta joie demeure !

Sous les regards torves et nighteux
Des cyborgs aux circuits moisis
Les cerveaux devenus poreux
S'en retournent à la barbarie
Et tu traînes tes tendres années
D'incertitude et d'impuissance
Parfois tu rêves de t'envoler
De mourir par inadvertance

L'horreur est humaine, clinique et banale
Enfant de la haine, enfant de la peur
L'horreur est humaine, médico-légale
Enfant de la haine, que ta joie demeure !

Dans les dédales vertigineux
Et séculaires de ta mémoire
Tu froisses un vieux cahier poisseux
Plein de formules d'algèbre noire
A quoi peut ressembler ton spleen
Ton désespoir et ton chagrin
Vus d'une des étoiles anonymes
De la constellation du chien

L'horreur est humaine, clinique et banale
Enfant de la haine, enfant de la peur
L'horreur est humaine, médico-légale
Enfant de la haine, que ta joie demeure !

Les dingues et les paumés

(H-F. Thiéfaine)

Les dingues et les paumés jouent avec leurs manies
Dans leurs chambres blindées leurs fleurs sont carnivores
Et quand leurs monstres crient trop près de la sortie
Ils accouchent des scorpions et pleurent des mandragores
Et leurs aéroports se transforment en bunkers
A quatre heures du matin derrière un téléphone
Quand leurs voix qui s'appellent se changent en revolvers
Et s'invitent à calter en se gueulant come on

Les dingues et les paumés se cherchent sous la pluie
Et se font boire le sang de leurs visions perdues
Et dans leurs yeux mescal masquant leur nostalgie
Ils voient se dérouler la fin d'une inconnue
Ils voient des rois fantômes sur des flippers en ruine
Crachant l'amour-folie de leurs nuits métropoles
Ils croient voir venir Dieu ils relisent Hölderlin
Et retombent dans leurs bras glacés de baby-doll

Les dingues et les paumés se traînent chez les Borgia
Suivis d'un vieil écho jouant du rock'n'roll
Puis s'enfoncent comme des rats dans leurs banlieues by night
Essayant d'accrocher un regard à leur khôl
Et lorsque leurs tumbas jouent à guichet fermé
Ils tournent dans un cachot avec la gueule en moins
Et sont comme les joueurs courant décapités
Ramasser leurs jetons chez les dealers du coin

Les dingues et les paumés s'arrachent leur placenta
Et se greffent un pavé à la place du cerveau
Puis s'offrent des mygales au bout d'un bazooka
En se faisant danser jusqu'au dernier mambo
Ce sont des loups frileux au bras d'une autre mort
Piétinant dans la boue les dernières fleurs du mal
Ils ont cru s'enivrer des chants de Maldoror
Et maintenant ils s'écroulent dans leur ombre animale

Les dingues et les paumés sacrifient don Quichotte
Sur l'autel enfumé de leurs fibres nerveuses
Puis ils disent à leur reine en riant du boycott
La solitude n'est plus une maladie honteuse
Reprends tes walkyries pour tes valseurs maso
Mon cheval écorché m'appelle au fond d'un bar
Et cet ange qui me gueule viens chez moi mon salaud
M'invite à faire danser l'aiguille de mon radar

113e cigarette sans dormir

(H-F. Thiéfaine)

Les enfants de Napoléon
Dans leurs mains tiennent leurs roustons
S'ils ont compris tous les clichés
Ca f'ra d'la bidoche pour l'armée
Les partouzeurs de miss métro
Patrouillent au fond des souterrains
Mais ils rêvent d'être en hélico
A s'faire du nèg' et du youpin

Les vopos gravent leurs initiales
Dans le brouillard des no man's lands
Et les démasqueurs de scandales
Prennent le goulag pour Disney Land
Les gringos sortent un vieux crooner
Pour le western du silence
Demain au Burgenbräukeller
Je lèguerai mon âme à la science

Car moi je n'irai pas plus loin
Je tiens ma tête entre mes mains
Guignol connaît pas de sots métiers
Je ris à m'en faire crever !

Les petites filles de Mahomet
Mouillent aux anticoagulants
Depuis qu'un méchant gros minet
Joue au flipp avec le Coran
Les dieux changent le beurre en vaseline
Et les prophètes jouent Dracula
S'il vous reste un fond d'margarine
J'en aurai besoin pour ma coda

Car moi je n'irai pas plus loin
Je tiens ma tête entre mes mains
Guignol connaît pas de sots métiers
Je ris à m'en faire crever !

Tu traînes ta queue dans la chaux vive
Et t'hésites à choisir ton camp
T'as des aminches à Tel-Aviv
Et des amours à Téhéran
Si tu veux jouer les maquisards
Va jouer plus loin j'ai ma blenno
Tu trouveras toujours d'autres fêtards
C'est si facile d'être un héros

Mais moi je n'irai pas plus loin
Je tiens ma tête entre mes mains
Guignol connaît pas de sots métiers
Je ris à m'en faire crever !

Retour aux joints et à la bière
Désertion du rayon képi
J'ai rien contre vos partenaires
Mais rien contre vos p'tites soeurs ennemies
Manipulez-vous dans la haine
Et dépecez-vous dans la joie
Le crapaud qui gueulait je t'aime
A fini planté sur une croix

Et moi je n'irai pas plus loin
Je tiens ma tête entre mes mains
Guignol connaît pas de sots métiers
Non moi je n'irai pas plus loin
Je tiens ma tête entre mes mains
Guignol connaît pas de sots métiers
Je ris à m'en faire crever !

Arsenic is good for you
A m'en faire crever
Arsenic is good for you

Autoroutes jeudi d'automne

(H-F. Thiéfaine)

Elle m'envoie des cartes postales de son asile
M'annonçant la nouvelle de son dernier combat
Elle me dit que la nuit l'a rendue trop fragile
Et qu'elle veut plus ramer pour d'autres Guernica
Et moi je lis ses lettres le soir dans la tempête
En buvant des cafés dans les stations-service
Et je calcule en moi le poids de sa défaite
Et je mesure le temps qui nous apoplexise
Et je me dis stop
Mais je remonte mon col j'appuie sur le starter
Et je vais voir ailleurs, encore plus loin ailleurs

Et je croise des vieillards qui font la sentinelle
Et me demandent si j'ai pas des cachous pour la nuit
Je balance mes buvards et tire sur la ficelle
Pour appeler le dément qui inventa l'ennui
Et je promène son masque au fond de mes sacoches
Avec le négatif de nos photos futures
Je mendie l'oxygène aux sorties des cinoches
Et vends des compresseurs à mes ladies-bromure
Et je me dis stop
Mais je remonte mon col j'appuie sur le starter
Et je vais voir ailleurs, encore plus loin ailleurs

Il est bientôt minuit mais je fais beaucoup plus jeune
Je piaffe et m'impatiente au fond des starting-blocks
Je m'arrête pour mater mes corbeaux qui déjeunent
Et mes fleurs qui se tordent sous les électrochocs
Et j'imagine le rire de toutes nos cellules mortes
Quand on se tape la bascule en gommant nos années
J'ai gardé mon turbo pour défoncer les portes
Mais parfois il me reste que les violons pour pleurer
Et je me dis stop
Mais je remonte mon col j'appuie sur le starter
Et je vais voir ailleurs, encore plus loin ailleurs

Elle m'envoie des cartes postales de son asile
M'annonçant la nouvelle de son dernier combat
Elle me dit que la nuit l'a rendue trop fragile
Et qu'elle veut plus ramer pour d'autres Guernica

Couplet inédit de : Also Sprach Winnie l'ourson

(H-F. Thiéfaine)

Homme libre longtemps tu chériras ta mère
ton père, tes frères & tes soeurs à la ferme du bonheur
avant que le venin de la télévipeur
te transforme à jamais en télespectateur
hypnothisé par le rituel des chaines
& la magie de leurs cérémonies Païennes
en troquant ton identité contre un numéro
qui t'oblige à l'oblitérer sur le canal zéro
personne ne sait que tu es né de la fêlure
du temps & que la fée des brumes veille sur tes murmures
qui font le mur sur la portée de tes pages blanches
en exil dans les yeux des sious & des comanches
des shoshones, des apaches, des pawnees, des washoes
des shawness, des yakis, des creeks, des navajos
des ojibwab, des chippewas, assiniboins, mon frère
t'es solitaire...t'es solidaire.

_________________
J'y peux rien... c'est mon côté punk ! c'est le vieux démon qui démonte mon monde... j'y peux rien.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.therese.zik.mu
kantiang
Jeune grenouille de Benito
avatar

Féminin
Nombre de messages : 70
Age : 27
Localisation : Bienne - Suisse
Date d'inscription : 10/02/2006
Flipomètre : gymnasienne ^^

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Sam 11 Fév 2006 - 1:54

Sail away - The Rasmus

Once upon a time
We had a lot to fight for
We had a dreams we had a plan
Spearks in the air
we spead a lot of envy
Didn't have to care
Once upon a time

Remember when I swore
My love is never ending
And you and I will never die
Remember when I swore
We had it all
We had it all

I'll sail away
It's time to leave
Rainy days are yours to keep
I'll fade away
The night is calling my name
You will stay
I'll say away

Once upon a time
We used to burn candles
We had a place to call a home
The dream that we lived
Was better than divine
Every day was like a gift
Once upon a life

Remember when you swore
You love is never ending
And you and I will never die
Remember when i swore
We had it all
We'd never fall

I'll sail away
It's time to leave
Rainy days are yours to keep
I'll fade away
The twilight's calling my name
You will stay
I'll say away
No reason to lie no need to pretend
I'm grateful to die
To live once again
I'm fearless to fly
And reach for the end
And reach for the end
Revenir en haut Aller en bas
http://kantiang20.skyblog.com
Lolita
Admin tyrannique de ce forum.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4721
Age : 31
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Sam 11 Fév 2006 - 2:24

Morgane de toi
(Renaud Séchan/Franck Langolff)

Y'a un mariolle, il a au moins quatre ans
Y veut t' piquer ta pelle et ton seau
Ta couche culotte avec tes bonbecs dedans
Lolita, défends-toi, fous-y un coup d' râteau dans l' dos
Attend un peu avant de t' faire emmerder
Par ces p'tits machos qui pensent qu'à une chose
Jouer au docteur non conventionné
J'y ai joué aussi, je sais de quoi j' cause
J' les connais bien les play-boys des bacs à sable
J' draguais leurs mères avant d' connaître la tienne
Si tu les écoutes y t' feront porter leurs cartables
'Reusement qu' j' suis là, que j' te regarde et que j' t'aime

Refrain

Lola
J' suis qu'un fantôme quand tu vas où j' suis pas
Tu sais ma môme
Que j' suis morgane de toi

Comme j'en ai marre de m' faire tatouer des machins
Qui m' font comme une bande dessinée sur la peau
J'ai écrit ton nom avec des clous dorés
Un par un, plantés dans le cuir de mon blouson dans l' dos
T'es la seule gonzesse que j' peux tenir dans mes bras
Sans m' démettre une épaule, sans plier sous ton poids
Tu pèses moins lourd qu'un moineau qui mange pas
Déploie jamais tes ailes, Lolita t'envole pas
Avec tes miches de rat qu'on dirait des noisettes
Et ta peau plus sucrée qu'un pain au chocolat
Tu risques de donner faim a un tas de p'tits mecs
Quand t'iras à l'école, si jamais t'y vas

Qu'est-ce qu' tu m' racontes tu veux un p'tit frangin
Tu veux qu' j' t'achète un ami Pierrot
Eh les bébés ça s' trouve pas dans les magasins
Puis j' crois pas que ta mère voudra qu' j' lui fasse un p'tit dans l' dos
Ben quoi Lola on est pas bien ensemble
Tu crois pas qu'on est déjà bien assez nombreux
T'entends pas c' bruit, c'est le monde qui tremble
Sous les cris des enfants qui sont malheureux
Allez viens avec moi, j' t'embarque dans ma galère
Dans mon arche y'a d' la place pour tous les marmots
Avant qu' ce monde devienne un grand cimetière
Faut profiter un peu du vent qu'on a dans l' dos


J'choisis celle là parce qu'elle me touche énormement mais avec Renaud on mettrais bien l'intégrale! I love you (sauf Greta lol)

_________________
www.loliroger.com

*J'suis sur la lune si on m' demande...*
Revenir en haut Aller en bas
http://www.loliroger.com
Frimoussette
Archange de la Dorémusie.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 621
Age : 48
Localisation : Lorraine (54)
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Mer 1 Mar 2006 - 1:54

Cette chanson me colle à la peau depuis de ongues années et me fait toujours autant vibrer...

MANU de RENAUD

Eh Manu rentre chez toi
Y a des larmes plein ta bière
Le bistrot va fermer
Pi tu gonfles la taulière
J'croyais qu'un mec en cuir
Ça pouvait pas chialer
J'pensais même que souffrir
Ça pouvais pas t'arriver
J'oubliais qu'tes tatouages
Et ta lame de couteau
C'est surtout un blindage
Pour ton cœur d'artichaut

Eh déconne pas Manu
Va pas t'tailler les veines
Une gonzesse de perdue
C'est dix copains qui r'viennent

On était tous maqués
Quand toi t'étais tous seul
Tu disais j'me fais chier
Et j'voudrais sauver ma gueule
T'as croisé cette nana
Qu'était faite pour personne
T'as dit elle pour moi
Ou alors y a maldonne
T'as été un peu vite
Pour t'tatouer son prénom
A l'endroit où palpite
Ton grand cœur de grand con

Eh déconne pas Manu
C't'à moi qu'tu fais d'la peine
Une gonzesse de perdue
C'est dix copains qui r'viennent

J'vais dire on est des loups
On est fait pour vivre en bande
Mais surtout pas en couple
Ou alors pas longtemps
Nous autres ça fait un bail
Qu'on a largué nos p'tites
Toi t'es toujours en rade
Avec la tienne et tu flippes

Eh Manu vivre libre
C'est souvent vivre seul
Ça fait p't'être mal au bide
Mais c'est bon pour la gueule

Eh déconne pas Manu
Ça sert à rien la haine
Une gonzesse de perdue
C'est dix copains qui r'viennent

Elle est plus amoureuse
Manu faut qu'tu t'arraches
Elle peut pas être heureuse
Dans les bras d'un apache
Quand tu lui dis je t'aime
Si elle te d'mande du feu
si elle a la migraine
Dès qu'elle est dans ton pieu
Dis lui qu't'es désolé
Qu't'as dû t'gourrer de trottoir
Quand tu l'as rencontrée
T'as dû t'tromper d'histoire

Eh déconne pas Manu
Va pas t'tailler les veines
Une gonzesse de perdue
C'est dix copains qui r'viennent

Eh déconne pas Manu
Ça sert à rien la haine
Une gonzesse de perdue
C'est dix copains qui r'viennent

Eh déconne pas Manu
C't'à moi qu'tu fais d'la peine
Une gonzesse de perdue
C'est dix copains qui r'viennent
Revenir en haut Aller en bas
http://www.creations-frimhouse.com/
Frimoussette
Archange de la Dorémusie.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 621
Age : 48
Localisation : Lorraine (54)
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Mer 1 Mar 2006 - 23:50

SEPTEMBRE ROSE

(Hubert Félix Thiéfaine)


Naufrage virtuose
D'un amour clandestin
Dans la métamorphose
Des embruns souterrains,
Tu jaillis ruisselant
D'une vague utérine
Sur ce ventre brûlant
De tendresse féminine,
Baby boy,
Sweet baby boy.

Ton premier cri réveille,
De son écho brisé,
L'ouragan qui sommeille
Dans mes veines oxydées
Et mon regard prélude
Le jeu de la pudeur
Quand, par manque d'habitude,
On s'méfie du bonheur,
Baby boy,
Sweet baby boy,
My baby boy,
Oh ! my son of the wind
My little wunderkind,
Oh ! mon septembre rose
D'amour apothéose,
Baby boy.

Passées les cruautés
Du transfert organique,
Tu retournes apaisé
Vers ta faune onirique
Ou les miroirs d'automne
Reflètent à fleur de flamme
Ta jeune écorce d'homme
Éclaboussée de femme,
Baby boy,
Sweet baby boy,
My baby boy...


**********

ZONE CHAUDE, MÔME

(Hubert Félix Thiéfaine)

Ta zone est chaude, môme.
Ta zone est chaude, môme.
Ta zone est chaude, chaude, chaude.
Ta zone est chaude, môme.
Je n'sais pas si tu viens d'un continent perdu
Ou bien si t'es tombée d'une comète inconnue
Mais j' crois qu'il était temps que tu me prennes en main.
J'ai cru mourir de froid chez mes contemporains.

Ta zone est chaude, môme.
Ta zone est chaude, môme.
Ta zone est chaude, chaude, chaude.
Ta zone est chaude, môme
Et c'est comme un soupir après 100 triples croches
Quand l'pianiste s'endort devant son double scotch
Dans ces bastringues d'automne où ça brame à minuit
Les vieux cerfs encornés dans les bras des ladies
Chaudes chaudes chaudes !

J'en oublie la moiteur de ces ports tropicaux
Où ça sentait la gnôle et chauds les ventres chauds
À chercher le Pérou sur ma radio-inca
J'ai trouvé la fréquence que tu n'attendais pas
Oh chaude !
Je n'sais si tu viens d'une ville ultramarine
Ou bien si tu descends d'une planète androgyne
Météorite in love, tu vois, je vole aussi
En reniflant d'un œil tes bas sur le tapis.
Ta zone est chaude, môme.
Ta zone est chaude, môme.
Ta zone est chaude, chaude, chaude.
Ta zone est chaude, môme.

J'vais p'têt' encore attendre avant d'mourir d'amour.
J'entends des cons qui causent d'un éternel retour
Et j'ai pas très envie d'repartir à zéro.
J'ai pas tout bien compris comme c'est bon quand c'est chaud.
Ta zone est chaude, môme.
Ta zone est chaude, môme.
Ta zone est chaude, chaude, chaude.
Ta zone est chaude, môme.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.creations-frimhouse.com/
Lolita
Admin tyrannique de ce forum.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4721
Age : 31
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Ven 3 Mar 2006 - 20:17

Diam's
Marine


--------------------------------------------------------------------------------



Marine,
Tu sais ce soir ça va mal,
J'ai trop de choses sur le coeur
Donc il faudrait que l'on parle,
Marine,
Si je m'adresse à toi ce soir
C'est que t'y es pour quelque chose,
T'as tout fait pour qu'ça foire.
Marine,
Dans le pays de Marianne,
Y'a l'amour,
Y'a la guerre,
Mais aussi le mariage.
Marine,
Pourquoi tu perpétues les traditions ?
Sais tu qu'on s'ra des millions à payer l'addition.
Ma haine est immense,
En ce soir de décembre.
Quand je pense à tous ces gens que tu rassembles.
Tu sais,
Moi j'suis comme toi,
J'veux qu'on m'écoute.
Et tout comme toi,
J'aimerais que les jeunes se serrent les coudes.
Marine,
T'as un prénom si tendre,
Un vrai prénom d'ange,
Mais dis-moi c'qui te prend.
Marine,
On ne sera jamais amies
Parce que ma mère est française
Mais qu'je ne suis pas née ici.
Marine,
Regarde-nous,
On est beau.
On vient des 4 coins du monde
Mais pour toi on est trop.
Ma haine est immense quand je pense à ton père.
Il prône la guerre quand nous voulons la paix.

{Refrain:}
Donc j'emmerde...
J'emmerde...
J'emmerde qui ?
Le Front National !
Moi j'emmerde...
(J'emmerde...), j'emmerde...
(J'emmerde...), j'emmerde qui ?
Le Front National.
Moi j'emmerde...
(J'emmerde...), j'emmerde...
(J'emmerde…), j'emmerde qui ?
Le Front National.

Marine,
Tu es victime des pensées de ton géniteur.
Génération 80 on a retrouvé notre fureur.
Marine,
T'avais l'honneur d'être proche de l'ennemi,
D'installer un climat paisible dans nos vies.
Mais Marine,
T'es forcément intelligente.
T'as pas songé à tous ces gens que t'engraines dans l'urgence,
Marine,
T'es mon aînée et pourtant je ne te respecte pas,
Il m'a fallu faire ce choix.
Marine,
Tu pouvais briser la chaîne,
Prendre la parole et nous rendre nos rêves.
Mais Marine,
T'as fait la même connerie que lui
Penser que le blanc ne se mélange pas à autrui.
Marine,
On ne s'ra jamais copine parce que je suis une métisse
Et que je traîne avec Ali.
Marine,
Plus j'te déteste, mieux je vais.
Et plus je proteste et moins nous payons les frais.

{au Refrain}

Marine,
Tu crois vraiment que t'es dans le vrai ?
Que t'as su saisir ta chance,
Et que ton avenir est tracé.
Marine,
Je ne suis pas de ceux qui prônent la haine,
Plutôt de ceux qui votent et qui espèrent que ça s'arrête.
T'as fais couler ce navire Marine,
J'ai peur du suicide collectif des amoureux en couleur.
Marine,
Pourquoi es-tu si pâle ?
Viens faire un tour chez nous c'est coloré, c'est jovial.
Marine,
J'aimerais tellement que tu m'entendes,
Je veux bien être un exemple quand il s'agit de vous descendre.
Marine,
Tu t'appelles Le Pen,
N'oublie jamais que tu es le problème
D'une jeunesse qui saigne.
Viens, viens,
Allons éteindre la flamme,
Ne sois pas de ces fous qui défendent le Diable.
Marine,
J'ai peur que dans quelques temps tu y arrives
Et que nous devions tous foutre le camps



_________________
www.loliroger.com

*J'suis sur la lune si on m' demande...*
Revenir en haut Aller en bas
http://www.loliroger.com
Lolita
Admin tyrannique de ce forum.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4721
Age : 31
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Mer 15 Mar 2006 - 20:29

Dakota (Stereophonics)

************************

Thinking back, thinking of you
Summertime think it was June
Yeah think it was June
Laying back, head on the grass
Chewing gum having some laughs
Yeah having some laughs.

You made me feel like the one
Made me feel like the one
The one

Drinking back, drinking for two
Drinking with you
When drinking was new
Sleeping in the back of my car
We never went far
Didn't mean to go far

You made me feel like the one
Made me feel like the one
The one
You made me feel like the one
Made me feel like the one
The one

I don’t know where we are going now
I don’t know where we are going now

Wake up, cold coffee and juice
Remembering you
What happened to you?
I wonder if we’ll meet again
Talk about life since then
Talk about why did it end

You made me feel like the one
Made me feel like the one
The one
You made me feel like the one
Made me feel like the one
The one

I don’t know where we are going now
I don’t know where we are going now

So take a look at me now

_________________
www.loliroger.com

*J'suis sur la lune si on m' demande...*
Revenir en haut Aller en bas
http://www.loliroger.com
Lolita
Admin tyrannique de ce forum.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4721
Age : 31
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Mer 15 Mar 2006 - 20:41

LES ROMANTIQUES (L'DAWA)

***************************

J’veux pas faire l’amour le premier soir
Attendre toute une journée, j’peux pas
En plus il faut te promener et essayer de t’impressionner
Et je t’écoute pendant des heures
T’entendre me dire que t’es la meilleure
T’as quinze mille potes à me présenter
Et en plus ils ne t’ont pas touché

J’veux pas faire l’amour le premier soir
C’est trop d’investissement pour moi
Y’a l’apéro qu’est pas donné
Dans ce petit bistro du quartier
Moi je fais semblant d’être fatigué
Histoire de te ramener te coucher
Et toi tu veux aller en boîte
Pour aller voir tes potes de fac

Je ne veux pas être le chien qui court,
C’est quand je ne veux pas que je fais l’amour
Ca doit vraiment les exciter de se faire un désintéressé
Tous les yeux doux tous les flonflons
Promesses hypocrites à la con
J’suis d’accord pour être romantique
Mais faut que ça nique

Par contre si c’est ta première fois
J’veux bien comprendre que tu ne veuilles pas
Faut que ce soit une belle journée
Il faut que tu aimes pour apprécier
Faut que tu sois sûre de tes sentiments
Moi j’ai pas parlé de sentiment
Toi qui voulais te marier pour longtemps

Je veux pas faire l’amour le premier soir
Attendre toute une journée, j’peux pas
T’es là, j’suis là et on est prêt
Alors pourquoi ne pas y aller
Tu n’es pas prête à te donner
Tu voudrais connaître mon passé
Je te regarde et je fabule
Pourvu, pourvu que je t’enc…

Je ne veux pas être le chien qui court,
C’est quand je ne veux pas que je fais l’amour
Ca doit vraiment les exciter de se faire un désintéressé
Tous les yeux doux tous les flonflons
Promesses hypocrites à la con
J’suis d’accord pour être romantique
Mais faut que ça nique

On évitera les slows en boîte
Les lieux où nos ex se baladent
Ça économise du pognon
D’aller direct à la maison
C’est pas avec mes positions
Ni avec mon corps d’Apollon
Mais avec ma simplicité
Que j’espère te garder.


J’veux pas faire l’amour le premier soir
Attendre toute une journée, j’peux pas
En plus je sais que je ne serai pas le premier à qui tu vas tout dévoiler
Fais de moi l’instrument de plaisir
Qui va faire rougir tes copines
Je t’assure n’ayons pas peur des mots
Allons-y aussitôt

Je ne veux pas être le chien qui court,
C’est quand je ne veux pas que je fais l’amour
Ca doit vraiment les exciter de se faire un désintéressé
Tous les yeux doux tous les flonflons
Promesses hypocrites à la con
J’suis d’accord pour être romantique
Mais faut que ça nique (bis)

_________________
www.loliroger.com

*J'suis sur la lune si on m' demande...*
Revenir en haut Aller en bas
http://www.loliroger.com
Cédric
Graine de Dorémusien
avatar

Nombre de messages : 13
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 01/03/2006
Flipomètre : Cadre en bâtiment

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Mer 15 Mar 2006 - 22:47

P'tain, des vrais admirateurs de HFT ici, ca fait bien plaisir ca !!!

Pour le plaisir :

Affaire Rimbaud


Paroles : Hubert-Félix Thiéfaine.
Musique : Hubert-Félix Thiéfaine, Claude Mairet.
Album : "Météo für nada"

La jambe de Rimbaud,
De retour à Marseille
Comme un affreux cargo
Chargé d'étrons vermeils,
Dérive en immondices
À travers les égouts.
La beauté fut assise
Un soir sur ce genou.
Horreur Harar Arthur,
Et tu l'as injuriée.
Horreur Harar Arthur
Tu l'as trouvée amère... la beauté ?

Une saison en enfer
Foudroie l'Abyssinie.
Ô sorcière, ô misère,
Ô haine, ô guerre, voici
Le temps des assassins
Que tu sponsorisas
En livrant tous ces flingues
Au royaume de Choa.
Horreur Harar Arthur,
Ô Bentley, ô châteaux,
Horreur Harar Arthur,
Quelle âme, Arthur est... sans défaut ?

Les poètes aujourd'hui
Ont la farce plus tranquille
Quand ils chantent au profit
Des derniers Danâkil.
Juste une affaire d'honneur
Mouillée de quelques larmes
C'est quand même un des leurs
Qui fournissait les armes.
Horreur Harar Arthur,
T'es vraiment d'outre-tombe.
Horreur Harar Arthur
Et pas de commission.
Horreur Harar Arthur
Et pas de cresson bleu
Horreur Harar Arthur
Où la lumière pleut.


Encore un petit café

Hubert-Félix Thiéfaine, album "Fragments d'hébétude"

Encore un p'tit café
Pour tenir le coup
Quand la fille d'à côté
Te suspend à un clou
Pour aller s'enivrer
Avec un autre hibou,
Pour aller s'accoupler
Avec une autre bête.

Encore un petit café
Pour tenir le coup,
Essayer de penser
Que tu ne penses plus du tout
Depuis que la môme d'en face
T'as laissé comme un trou
Avec à la surface
Le vide de la vie
Et l'ennui de la nuit
Tu veux pas une goldo
Ou bien n'importe quoi,
Un de ces machins qui se fument
Ou un de ces trucs comme ça
Qui te feront oublier
Qu'y a une croqueuse de rats
Qui t'a laissé tomber.

Encore un petit café
Pour te tenir debout
Avant de retourner
T'ensevelir dans ton trou,
Avant d'aller rêver
Que tu es lumineux
Heureux,
Heureux.

Encore un petit café...

La maison Borniol


Paroles et Musique: Hubert-Félix Thiéfaine
Album : "Tout corps vivant branché sur le secteur étant appelé à s'émouvoir"

Hé y a quelqu'un ?
Oh y a quelqu'un ?
C'est moi, Borniol
Et je viens livrer le cercueil.
Si vous m'payez un coup d'alcool,
Ben moi, j'vous fait les clous à l'œil.
Ouais c'est moi, Borniol,
Service rapide et je contente
Même la veuve du guignol,
Vu que je fais le service après-vente.

Les temps sont durs.
C'est pas mariole.
Vivement que revienne le choléra.
Je pourrai changer de chignole
Et me payer le cinéma
Et si le choléra marche bien,
Je pourrai faire des folies.
J'agrandirai mon magasin
Et je prendrai des apprentis.

Je serai la maison Borniol,
Le supermarché de la mort;
Cercueils à fleurs pour les pauvres mômes
Et à roulettes pour les vieillards.
Je serai la maison Borniol Borniol Borniol,
Maison Borniol,
Maison Borniol,
Bières, cercueils, catafalques,
Maison Borniol,
Maison Borniol,
Demandez notre catalogue automne, hiver,
Maison Borniol,
Maison Borniol,
15% d'réduction sur suicides collectifs,
Maison Borniol,
Maison Borniol.

Mathématiques souterraines


Paroles et Musique: Hubert-Félix Thiéfaine
Album : "Dernières balises avant mutation"

Pauvre petite fille sans nourrice,
Arrachée du soleil,
Il pleut toujours sur ta valise
Et t'as mal aux oreilles.
Tu zones toujours entre deux durs,
Entre deux SOS.
Tu veux jouer ton aventure
Mais t'en crèves au réveil...
Tu fais semblant de rien,
Tu craques ta mélanco
De 4 à 5 heures du matin
Au fond des caboulots
Et tu remontes à contrecœur.
L'escalier de service.
Tu voudrais qu'y ait des ascenseurs
Au fond des précipices.

Oh ! Mais laisse allumé, bébé.
Y a personne au contrôle
Et les dieux du radar sont tous out
Et toussent et se touchent et se poussent
Et se foutent et se broutent.
Oh ! mais laisse allumé, bébé
Y a personne au contrôle
Et les dieux du radar sont tous out
Et toussent et se touchent et se poussent
Et se foutent et se mouchent
Dans la soute à cartouches...

Maintenant du m'offres tes carences.
Tu cherches un préambule,
Quelque chose qui nous foute en transe,
Qui fasse mousser nos bulles
Mais si t'as peur de nos silences,
Reprends ta latitude.
Il est minuit sur ma fréquence
Et j'ai mal aux globules.

Oh ! Mais laisse allumé, bébé.
Y a personne au contrôle
Et les dieux du radar sont tous out
Et toussent et se touchent et se poussent
Et se foutent et se broutent.
Oh ! mais laisse allumé, bébé
Y a personne au contrôle
Et les dieux du radar sont tous out
Et toussent et se touchent et se poussent
Et se foutent et se mouchent
Dans la soute à cartouches...
{Ad Libitum}

Ca ira pour aujourd'hui ! Wink

Musicalement.

Cédric.
Revenir en haut Aller en bas
Lolita
Admin tyrannique de ce forum.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4721
Age : 31
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Mer 15 Mar 2006 - 22:59

coucou Cédric Wink cheers

_________________
www.loliroger.com

*J'suis sur la lune si on m' demande...*
Revenir en haut Aller en bas
http://www.loliroger.com
Frimoussette
Archange de la Dorémusie.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 621
Age : 48
Localisation : Lorraine (54)
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Mer 15 Mar 2006 - 23:00

oui Cédric , moi suis accro à HFT, j'ai baigné dedans à l'adol et depuis m'en passe plus c''est comme le frangin, Renaud !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.creations-frimhouse.com/
Lolita
Admin tyrannique de ce forum.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4721
Age : 31
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Ven 17 Mar 2006 - 16:06

Pour Benito, une de ses préférées de Tonton Renaud....


En cloque
(Renaud Séchan)


*****************************

Elle a mis sur l' mur
Au dessus du berceau
Une photo d'Arthur
Rimbaud
Avec ses cheveux en brosse
Elle trouve qu'il fait beau
Dans la chambre du gosse
Bravo
Déjà les p'tits anges
Sur le papier peint
J' trouvais ça étrange
J' dis rien
Elle me font marrer
Ses idées loufoques
Depuis qu'elle est
En cloque

Elle s' réveille la nuit
Veut bouffer des fraises
Elle a des envies
Balaises
Moi, j' suis aux p'tits soins
J' me défonce en huit
Pour qu'elle manque de rien
Ma p'tite
C'est comme si j' pissais
Dans un violoncelle
Comme si j'existais
Plus pour elle
Je m' retrouve planté
Tout seul dans mon froc
Depuis qu'elle est
En cloque

Le soir elle tricote
En buvant d' la verveine
Moi j' démêle ses pelotes
De laine
Elle use les miroirs
A s' regarder dedans
A s' trouver bizarre
Tout le temps
J' lui dit qu'elle est belle
Comme un fruit trop mûr
Elle croit qu' je m' fous d'elle
C'est sûr
Faut bien dire c' qui est
Moi aussi j' débloque
Depuis qu'elle est
En cloque

Faut qu' j' retire mes grolles
Quand j' rentre dans la chambre
Du p'tit rossignol
Qu'elle couve
C'est qu' son p'tit bonhomme
Qu'arrive en Décembre

Elle le protège comme
Une louve
Même le chat pépère
Elle en dit du mal
Sous prétexte qu'il perd
Ses poils
Elle veut plus l' voir traîner
Autour du paddock
Depuis qu'elle est
En cloque

Quand j' promène mes mains
D' l'autre côté d' son dos
J' sens comme des coups de poings
Ca bouge
J' lui dis "t'es un jardin"
"Une fleur, un ruisseau"
Alors elle devient
Toute rouge
Parfois c' qu'y m' désole
C' qu'y fait du chagrin
Quand j' regarde son ventre
Et l' mien
C'est qu' même si j' devenais
Pédé comme un phoque
Moi j' serai jamais
En cloque






I love you I love you

_________________
www.loliroger.com

*J'suis sur la lune si on m' demande...*
Revenir en haut Aller en bas
http://www.loliroger.com
Lolita
Admin tyrannique de ce forum.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4721
Age : 31
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Ven 17 Mar 2006 - 16:08

Parce que aujourd'hui c'est la St Patrick, fête irlandaise, j'met ma chanson préférée du groupe irlandais légendaire U2... tongue tongue



With Or Without You


See the stone set in your eyes
See the thorn twist in your side.
I wait for you.
Sleight of hand and twist of fate
On a bed of nails she makes me wait
And I wait without you

With or without you
With or without you.

Through the storm, we reach the shore
You gave it all but I want more
And I'm waiting for you

With or without you
With or without you.
I can't live with or without you.

And you give yourself away
And you give yourself away
And you give, and you give
And you give yourself away.

My hands are tied, my body bruised
She got me with nothing to win
And nothing else to lose.

And you give yourself away
And you give yourself away
And you give, and you give
And you give yourself away.

With or without you
With or without you
I can't live
With or without you.

With or without you
With or without you
I can't live
With or without you
With or without you.

_________________
www.loliroger.com

*J'suis sur la lune si on m' demande...*
Revenir en haut Aller en bas
http://www.loliroger.com
Cédric
Graine de Dorémusien
avatar

Nombre de messages : 13
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 01/03/2006
Flipomètre : Cadre en bâtiment

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Ven 17 Mar 2006 - 23:31

On est visiblement plusieurs a être dans c'te situation alors Frimoussette !!!

Sympa de se retrouver ici, j'en connais un pour qui le futur devrait être plutôt pas dégueu quand on voit qui il a dans sn public !

Non ?... Ah bon... Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil

Cédric.
Revenir en haut Aller en bas
Frimoussette
Archange de la Dorémusie.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 621
Age : 48
Localisation : Lorraine (54)
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Sam 18 Mar 2006 - 0:44

lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.creations-frimhouse.com/
tchéguévéro
Jeune grenouille de Benito
avatar

Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 25/02/2006

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Sam 18 Mar 2006 - 12:08

pour les jours ou je me demande ce que je fout là.... drunken

Raphaël
Schengen


Je suis parti d'un bout du monde
J'étais trop grand pour me courber
Parmi les nuages de poussière
Juste au bord de la terre
Et j'ai marché le long des routes
Le ventre à l'air dans le ruisseau
Et même que le vent nous écoute
Et la pluie va tomber bientôt

Ce que j' fais là moi
Je sais pas
Je voulais juste marcher tout droit
Ce que j' fais là moi
Je sais pas
Je pense à toi depuis mille ans

Tellement de nuits sous la paupière
Tellement de forêts abattues
Même sous la mitraille et le fer
Moi je leur ai rien vendu
Et que même dans l'espace Shengen
Ils ont pas voulu de ma peau

Ce que j' fais là moi
Je sais pas
Je voulais juste marcher tout droit
Ce que j' fais là moi
Je sais pas
Je pense à toi depuis mille ans

C'est pas la croix pas la manière
Et puis la terre on y revient
Moi j'ai un orgue de barbarie
Et je vais pourrir leur pays
C'est pas avec la bombe atomique
C'est pas avec le tour de France
Qu'ils me mettront de leur côté
Quand j'aurai fini ma croissance

Ce que j' fais là moi
Je sais pas
Je voulais juste marcher tout droit
Ce que j' fais là moi
Je sais pas
Je pense à toi depuis mille ans
Revenir en haut Aller en bas
Lolita
Admin tyrannique de ce forum.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4721
Age : 31
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Ven 24 Mar 2006 - 20:14

c joli ma Véro drunken

L’ALSACE

Elle qui rêvait d’Amérique
De grandes places, de grandes villes
Mais maintenant qu’elle y pense
Elle reste en Alsace en vacances

Elle rêvait que les lumières s’éteignent
Que le public hurle et se déchaîne
Elle se débarrasserait de ses kilos
Elle serait jolie aussitôt

Qu’elle fasse plus partie du décor
Qu’on la regarde elle autant que son corps
Devenir star sur la planète
Faire de la musique qui pète

Refrain

Fallu du temps pour qu’elle en parle
Un soir à son père à la table
Le signe de croix au fond des poches
Les mains moites, les pétoches

Sûr que son appareil dentaire
Ne rend pas bien crédible son affaire
Elle s’habille bien pour l’occasion
Elle enlève ses lorgnons

Refrain

Voilà donc papa et maman
Voyez, je suis grande à présent
Moi et mes charmes indéniables
Mon grand talent mon grand art

On veut voler de nos propres ailes
Faire la vedette américaine
Y’a pas à financer quoi que ce soit
Mais juste croire en moi

Refrain

Vedette, vedette américaine
Pour quelqu’un qu’a treize ans à peine
Y’a un mois tu voulais faire docteur
Soigner des chenilles et des fleurs

Je suis d’accord, il faut s’affirmer
Baisser la tête et avancer
Mais moi ton père, je l’affirme à ma façon :
« Aujourd’hui c’est non »

_________________
www.loliroger.com

*J'suis sur la lune si on m' demande...*
Revenir en haut Aller en bas
http://www.loliroger.com
Anatol le gentil troll
Graine de Dorémusien


Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 23/03/2006

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Ven 24 Mar 2006 - 20:54

Poste en partance pour l'oubli.


Dernière édition par le Sam 15 Avr 2006 - 0:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anatol le gentil troll
Graine de Dorémusien


Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 23/03/2006

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Ven 24 Mar 2006 - 20:54

Poste en partance pour l'oubli.


Dernière édition par le Sam 15 Avr 2006 - 0:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
gavroche
Petit fan indigne


Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 16/03/2006

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Ven 24 Mar 2006 - 21:15

"Poètes, vos papiers" Léo FERRé

Bipède volupteur de lyre
Époux châtré de Polymnie
Vérolé de lune à confire
Grand-duc bouillon des librairies
Maroufle à pendre à l'hexamètre
Voyou décliné chez les grecs
Albatros à chaîne et à guêtres
Cigale qui claque du bec

Poète, vos papiers !



Syndiqué de la solitude
Museau qui dévore que couic
Sédentaire des longitudes
Phosphaté des dieux chair à flic
Colis en souffrance à la veine
Remords de la Légion d'honneur
Tumeur de la fonction urbaine
Don Quichotte du crève-coeur

Poète, vos papiers !


Spécialiste de la mistoufle
Émigrant qui pisse aux visas
Aventurier de la pantoufle
Sous la table du Nirvana
Meurt-de-faim qui plane à la Une
Écrivain public des croquants
Anonyme qui s'entribune
À la barbe des continents

Poète, vos papiers !

Citoyen qui sent de la tête
Papa gâteau de l'alphabet
Maquereau de la clarinette
Graine qui pousse des gibets
Châssis rouillé sous les démences
Corridor pourri de l'ennui
Hygiéniste de la romance
Rédempteur falot des lundis

Poète, vos papiers !



Ventre affamé qui tend l'oreille
Maraudeur aux bras déployés
Pollen au rabais pour abeille
Tête de mort rasée de frais
Rampant de service aux étoiles
Pouacre qui fait dans le quatrain
Masturbé qui vide sa moelle
A la devanture du coin

Poète, ... circulez !
Revenir en haut Aller en bas
gavroche
Petit fan indigne


Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 16/03/2006

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Ven 24 Mar 2006 - 21:16

Y'en a pas un sur cent et pourtant ils existent
La plupart Espagnols allez savoir pourquoi
Faut croire qu'en Espagne on ne les comprend pas
Les anarchistes

Ils ont tout ramassé
Des Beignes et des pavés
Ils ont gueulé si fort
Qu'ils peuv'nt gueuler encor
Ils ont le coeur devant
Et leurs rêves au mitan
Et puis l'âme toute rongée
Par des foutues idées

Y'en a pas un sur cent et pourtant ils existent
La plupart fils de rien ou bien fils de si peu
Qu'on ne les voit jamais que lorsqu'on a peur d'eux
Les anarchistes



Ils sont morts cent dix fois
Pour que dalle et pourquoi ?
Avec l'amour au poing
Sur la table ou sur rien
Avec l'air entêté
Qui fait le sang versé
Ils ont frappé si fort
Qu'ils peuv'nt frapper encor



Y'en a pas un sur cent et pourtant ils existent
Et s'il faut commencer par les coups d'pied au cul
Faudrait pas oublier qu'ça descend dans la rue
Les anarchistes

Ils ont un drapeau noir
En berne sur l'Espoir
Et la mélancolie
Pour traîner dans la vie
Des couteaux pour trancher
Le pain de l'Amitié
Et des armes rouillées
Pour ne pas oublier

Qu'y en a pas un sur cent et qu'pourtant ils existent
Et qu'ils se tiennent bien bras dessus bras dessous
Joyeux, et c'est pour ça qu'ils sont toujours debout
Les anarchistes
Revenir en haut Aller en bas
gavroche
Petit fan indigne


Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 16/03/2006

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Ven 24 Mar 2006 - 21:17

ma p'tite préférée...
mais le mieux c'est encore de l'entendre avec la musique!!!


Léo Ferré
LES POÈTES


Ce sont de drôles de types qui vivent de leur plume
Ou qui ne vivent pas c'est selon la saison
Ce sont de drôles de types qui traversent la brume
Avec des pas d'oiseaux sous l'aile des chansons

Leur âme est en carafe sous les ponts de la Seine
Leurs sous dans les bouquins qu'ils n'ont jamais vendus
Leur femme est quelque part au bout d'une rengaine
Qui nous parle d'amour et de fruit défendu

Ils mettent des couleurs sur le gris des pavés
Quand ils marchent dessus ils se croient sur la mer
Ils mettent des rubans autour de l'alphabet
Et sortent dans la rue leurs mots pour prendre l'air

Ils ont des chiens parfois compagnons de misère
Et qui lèchent leurs mains de plume et d'amitié
Avec dans le museau la fidèle lumière
Qui les conduit vers les pays d'absurdité

Ce sont de drôles de types qui regardent les fleurs
Et qui voient dans leurs plis des sourires de femme
Ce sont de drôles de types qui chantent le malheur
Sur les pianos du coeur et les violons de l'âme

Leurs bras tout déplumés se souviennent des ailes
Que la littérature accrochera plus tard
A leur spectre gelé au-dessus des poubelles
Où remourront leurs vers comme un effet de l'Art

Ils marchent dans l'azur la tête dans les villes
Et savent s'arrêter pour bénir les chevaux
Ils marchent dans l'horreur la tête dans des îles
Où n'abordent jamais les âmes des bourreaux

Ils ont des paradis que l'on dit d'artifice
Et l'on met en prison leurs quatrains de dix sous
Comme si l'on mettait aux fers un édifice
Sous prétexte que les bourgeois sont dans l'égout...
Revenir en haut Aller en bas
Lolita
Admin tyrannique de ce forum.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4721
Age : 31
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Sam 25 Mar 2006 - 15:06

P'tite conne
(Renaud Séchan)



Tu m'excuseras mignonne
D'avoir pas pu marcher
Derrière les couronnes
De tes amis branchés
Parc' que ton dealer
Etait peut-être là
Parmi ces gens en pleurs
Qui parlaient que de toi
En regardant leur montre,
En se plaignant du froid
En assumant la honte
De t'avoir poussée là

P'tite conne tu leur en veux même pas,
Tu sais que ces charognes sont bien plus morts que toi...

Tu fréquentais un monde,
d'imbéciles mondains
Où cette poudre immonde
Se consomme au matin
Où le fric autorise
A se croire à l'abri
Et de la cour d'assises
Et de notre mépris
Que ton triste univers
Nous inspirait malins
En sirotant nos bières
Ou en fumant nos joints

P'tite conne tu rêvais de Byzance
Mais c'était la Pologne jusque dans tes silences

On se connaissait pas
Aussi tu me pardonnes
J'ai pas chialé quand t'as
Cassé ta pipe d'opium J'ai pensé à l'enfer
D'un téléphone qui crie
Pour réveiller ta mère
Au milieu de la nuit
J'aurai voulu lui dire
Que c'était pas ta faute
Qu'à pas vouloir vieillir
On meurt avant les autres

P'tite conne tu voulais pas mûrir,
Tu tombes avant l'automne juste avant de fleurir

Et t'aurais-je connu
Que ça n'eût rien changé
Petite enfant perdue
M'aurais-tu accepté ?
Moi j'aime le soleil
Tout autant que la pluie
Et quand je me réveille
Et que je suis en vie
C'est tout ce qui m'importe
Bien plus que le bonheur
Qu'est affaire de médiocres
Et qui use le coeur

P'tite conne c'est oublier que toi t'étais là pour personne
Et qu' personne était là

Tu m'excuseras mignonne
D'avoir pas pu pleurer
En suivant les couronnes
De tes amis branchés
Parc' que ton dealer
Etait peut-être là
A respirer ces fleurs
Que tu n'aimerais pas
A recompter ces roses
Qu'il a payé au prix
De ta dernière dose
Et de ton dernier cri

P'tite conne allez, repose toi tout près de Morisson
Et pas trop loin de moi

_________________
www.loliroger.com

*J'suis sur la lune si on m' demande...*
Revenir en haut Aller en bas
http://www.loliroger.com
Docteur Bud
Dorémusien confirmé
avatar

Féminin
Nombre de messages : 309
Localisation : Paris 9
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   Sam 25 Mar 2006 - 21:47

Je suis une feuille, Renan Luce

Aurais-je imaginé que je me trouverais là
Une mine de stylo plantée sur ma peau
Les yeux de mon bourreau qui ne me quittent pas
Ma blancheur lui fait peur je sais qu'il cherche ses mots

Je suis une feuille blanche je ne demandais rien
Qu'à rester sur mon arbre et attendre la fin
Moi j'aimais le vent se perdant dans les feuilles
Le murmure de la sève qui me donnait la vie
Moi j'aimais la hauteur que j'avais sur les choses
Je n'ai pas vu venir la lame qui m'a trahie

Si au moins je servais de papier officiel
Pour signer des traités et protéger les faibles
Ou être dans les mains d'un poète oublié
Qui me jetterait ses vers comme on cherche un ami
J'aurais pu être pressée sur le coeur d'une enfant
Ecoutant dans mes lignes la voix de son amant
Ou être le pliage d'un gamin de huit ans
Et voler dans les airs sous les rires des enfants
Ou être dans les pages d'un livre d'histoire
Qui dit que le chemin est encore tellement long

Mais voilà que je sens que la plume me frôle
Et les lettres se forment comme l'encre tourbillone
J'n'ai jamais vu plus lourd que le poids de ces mots
C'est la misère d'un homme que je sens sur mon dos
Il dit "Je veux finir d'avec ma vie
Pardonne moi mon amour mais je m'arrête ici
Ce n'est pas de ta faute si je baisse les bras
Mais j'ai perdu ma chance de gagner ici bas"
Et moi c'était mon rôle de porter tous ces mots
Et les larmes d'une femme tomberont sur moi bientôt

J'aurais pu être pressée sur le coeur d'une enfant
Ecoutant dans mes lignes la voix de son amant
Ou être le pliage d'un gamin de huit ans
Et voler dans les airs sous les rires des enfants
Mais je tourne la page d'une triste histoire
Qui dit que le chemin n'était pas tellement long
Pas tellement long, pas tellement long


Dernière édition par le Mer 5 Avr 2006 - 20:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.danieljamet.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chansons que vous aimez   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chansons que vous aimez
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 8Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Muse : les chansons que vous aimez pas
» Les auteurs que vous aimez le plus
» Les mots que vous aimez
» Votre top 5 (ou 10) des groupes que vous aimez détester !
» Artistes que vous aimez le moins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Benoît Dorémus :: De l'autre côté de l'ordi. :: La cour de récré-
Sauter vers: